Cérémonie d’alternative d’Ivan Fandiño à Bilbao.

Suite au décès d’Ivan Fandiño, le maestro El Juli a tenu à s’exprimer dans nos colonnes afin d’exprimer la profonde tristesse qu’il ressent.

C’était le toro de l’alternative. La cérémonie n’avait pas encore eu lieu et il le reçut avec les capote les deux genoux à terre. Une claire déclaration d’intention de l’arrivée d’Ivan à l’échelon supérieur. Le don de soi, clé fondamentale du toreo. Je lui ai donné l’alternative à Bilbao et mes paroles étaient de bonne fortune pour une carrière faite de sacrifices, de lutte et d’options de réussite. Quelques années plus tard, je partageais l’affiche avec lui lors d’un après-midi des plus heureux de sa carrière, celle du rêve de tous les toreros: triompher à Las Ventas.

En tauromachie, tout nait du don de soi. Le don au toro, au public et à ta profession. Et Fandiño fut l’un de ses meilleurs représentants. Le courage de se jeter sur un toro sans muleta pour le tuer est l’image que garderont de nombreux aficionados afin de se souvenir de sa plus grande qualité: le courage. Et les coups de corne, qui font tous souffrir, l’ont accompagné tout au long du chemin sans l’affecter apparemment. Parce que son amour propre, sa fierté, son respect de la profession ont soutenu une carrière au mérite extraordinaire. Je suis fier d’être ton parrain et ton sang est le notre. Car il nous unit à tous les toreros et ton adieu nous brise le coeur. Adieu Ivan. Adieu torero.