David Mora dans les arènes de Béziers l Photo Midi Libre

Décevant retour de Victorino Martin aux arènes du plateau de Valras après un quart de siècle d’absence. Faibles et compliqués, ils ont conditionné le mauvais résultat de la corrida du jour où aucun des trois toreros n’a pu se mettre en avant.

Peu de choses put Faire Manuel Escribano face au Victorino d’ouverture qui manquait de forces. Il brilla aux banderilles invitant Savalli avant d’essayer de livrer une faena. Cependant, le manque de pouvoir de l’animal et ses courtes charges l’empêchèrent de briller. Silence

Escribano affronta un toro fade en quatrième position. Le torero de Gerena mit tout en œuvre pour écouter les premiers applaudissements de la tarde sur la droite. Silence après avis.

David Mora dut aussi composer avec un animal aux forces limitées. La réception de David au capote fut très bonne. Ensuite, muleta en main il ne put rien faire d’autre que de soutenir un animal qui perdit les mains à plusieurs reprises. Silence.

Dur fut le public biterrois avec David Mora comme fut dur le Victorino qu’il toucha. Apre et violent, assénant des coups de tête à chaque muletazos alors que David tentait de le contenir. Méritoire labeur du torero. Plusieurs pinchazos firent lever une bronca exagérée. Sifflets après deux avis.

L’envie de Savalli a un peu maintenu l’intérêt du combat du troisième. Très concerné, l’arlésien rendit l’invitation aux banderilles à Escribano. Il parvint à maintenir debout un autre faible Victorino en lui laissant la muleta à mi hauteur et sans l’obliger. Silence.

Avec sa joie, Savalli chauffa le public lors d’un vibrant tiers de banderilles. Les demies charges offertes par le Victorino lui permirent de laisser quelques muletazos isolés de bon goût. Silence


Arènes de Béziers

Toros de Victorino Martin, faibles et compliqués à divers degrés.

Manuel Escribano: silence et silence après avis 

David Mora: silence et sifflets après deux avis 

Mehdi Savalli: silence et silence