José Garrido se présentera en Arles | Photo Justine Messina

Toro à toro en direct d’Arles

1°/ N• 122 – Deseadito – castaño bragado meano – 10/12 – 535 kg

L’alcurrucen d’ouverture pris deux piques avant que El Fandi dessine un quite par chicuelinas et pose les palos. La faena du Fandi manqua cruellement de transmission avec les étagères.

__________

2°/ N• 120 – Maraca – castaño – 03/14 – 530 kg

José Garrido reçut “ Maraca ” par des véroniques pieds joints rematant par une demie. Deux rations de fer auprès de la cavalerie. L’espagnol composa un ensemble élégant autant sur la corne droite que gauche trouvent ainsi écho avec le public. Entière suivi d’un descabello. Oreille.

__________

3°/ N• 37 – Corneta – castaño – 10/13 – 520 kg

Le mexicain capta le troisième de l’envoi fort belle manière avec des véroniques ajustées. Deux piques. A l’issue d’une faena majoritairement droitière et inégale au niveau de l’intensité Luis David Adame coupa l’oreille d’un bon Alcurrucen.

__________

4°/ N• 81 – Notario – colorado giron bragado – 12/13 – 535 kg

Après une réception capotera sans grande histoire, “ Notario ” fut conduit vers la cavalerie deux fois. Face à un très bon exemplaire d’Alcurrucen, El Fandi fut nettement en dessous des possibilités offertes par l’animal hormis une série droitière notable. Il obtient une oreille sous une division d’opinion.

__________

5°/ N• 184 – Clarinetito – castaño – 02/13 – 525 kg

Le cinquième de l’après-midi fut applaudit à sa sortie en piste. Il rencontra par deux le caparaçon. Malgré ses efforts, José Garrido fut sans grande option face un adversaire qui s’arrêta rapidement.

__________

6°/ N• 14 – Rompe-Olas – castaño chorreado meano – 10/13 – 530 kg

Le dernier toro de la Feria fut lidié par fuera avant de prendre deux piques. Le jeune mexicain téméraire alla chercher une oreille synonyme de grande porte à un Alcurrucen qui chargeait par des demies-charges. La prestation fut conclue d’une entière d’effet rapide.


Arènes d’Arles

Feria de Pâques

Corrida

1/2 entrée

Toros d’Alcurrucen, de bons jeux.

 

El Fandi: silence et oreille

José Garrido: oreille après deux avis et ovation

Luis David Adame: oreille et oreille