El Rafi coupa l’oreille du second novillo de l’après-midi primé d’un tour de piste posthume | Photo Justine Messina

EL ADOURENO SORT EN TRIOMPHE A TARASCON

Le premier novillo de l’après-midi alla à deux reprises vers le lancier. Le landais traça un labeur en dent de scie demandent énormément à un excellent exemplaire de la famille Laugier qui ne fut pas mis en valeur à son juste niveau. Final en réduisant les distances suivi de manoletinas. Oreille.

El Rafi s’accoupla dès les premières lances avec un nouveau très bon exemplaire de Piedras Rojas. Le nîmois toréant relâché tira le maximum de son opposant sur les deux cornes. Une entière au second envoi réduisit l’ensemble à un seul trophée. Le Laugier fut primé quant à lui d’un tour de piste posthume.

Vincent Perez reçut le troisième novillo de l’après-midi par veroniques avant de le conduire pour deux rations de fer. La faena de l’arlésien d’intensité inégale ne trouva que peu d’échos avec les étagères.  Silence après avis.

El Adoureño capta le quatrième novillo par veroniques. Deux piques. Le français coupa l’oreille de son opposant synonyme de sortie en triomphe après une prestation comprenant les meilleurs passages sur la rive droite.

Le cinquième novillo alla à deux reprises près du caparaçon avec chute de la cavalerie sur la première. Jamais la faena du nîmois ne put prendre son envol faute à un adversaire qui s’éteigna très rapidement.

Vincent Perez accueilli l’ultime novillo de l’après-midi par véroniques. 2 piques. Comme lors de son premier combat la faena eu du mal à prendre son envol malgré une bonne série droitière. L’arlésien échouant avec les aciers pour conclure.

Le prix Nimeño II mis en jeu ce jour fut attribué à El Adoureño tandis que Patrick Laugier fut invité à saluer pour le bon jeu offert par ses pupilles.


Arènes de Tarascon

Feria de la Jouvenço

Novillada

3/4 d’entrée

Novillos de Las Dos Hermanas et Piedras Rojas (2°), offrant des possibilités. Le second n°859 fut primé d’un tour de piste posthume. 

 

 

El Adoureño: oreille et oreille.

El Rafi: oreille et silence.

Vincent Perez: silence après avis et silence après avis.