Juan Bautista réussit encore une fois son pari à Dax
Juan Bautista à posé les banderilles lors de son solo dans les arène de Dax | Photo Roland Costesoat – Terres Taurines

Juan Bautista réussit encore une fois son pari à Dax

 

Jean Baptiste accueille son premier toro de Montalvo par une larga suivie de huit veroniques parfaitement exécutées en finissant par une demie au centre de la piste. Après deux piques mal exécutées, Juan part au quite et récolte une ovation.
Le maestro brinde au public une faena qu il commence par le bas. Le toro est bon mais manque de force et Jean Baptiste ne peut malheureusement pas trop baisser la main. La musique joue après la troisième série droitière. Après une unique série à gauche qui s avére compliquée, il reprend la main droite pour finir dans un petit périmètre. Oreille

Le toro de la Quinta qui sort en deuxième position se montre timide au capote mais met la tête. Le toro part deux fois au cheval du centre de la piste mais ne pousse pas dans le peto. L’ arlésien commence sa faena toute en douceur et avec temple par un magnifique changement de mains. La deuxième série déclenche la musique tant le toro mange la muleta. Jean Baptiste s’ essaie à gauche mais le toro Edy plus compliqué sur cette corne. Aussi, il reprend le toro à droite, cependant celui-ci baisse rapidement de ton. Silence

Le troisième toro portant le fer de Pedraza de Yeltes est court dans le capote mais met les reins au cheval lors des deux assauts. Le natif d Arles commence sa faena au centre avec la main gauche. Le toro vient fort dans la muleta, et Jean Baptiste parvient à le canaliser avec sa main droites. Les séries suivantes vont crescendo, peu à peu le maestro prend la mesure du toro. Il baisse la main, le toro répond et les applaudissements descendent des gradins. La musique joue mais Jean Baptiste en demande,à raison, l arrêt immédiat. Un dernier léger essai non concluant à gauche avant une dernière forte série à droite finit cette faena. On usage du descabello laissa le tout en ovation.

Le quatrième toro porte le fer de José Luis Pereda. Il est distrait et coupe sa course ce qui empêche toute passe aboutie au capote. Il prend deux petites piques sans jamais s employer au cheval. Lors des deux premières séries, le toro sort de la muleta la tête en haut lors de chaque passe et il est difficile pour Jean Baptiste de lier ne serait ce que deux passes. Le maestro essaie à gauche sans plus de réussite. Jean Baptiste est obligé d abréger. Silence

Le toro de Victorino Martin sort du toril avec une devise noire et se fixe rapidement dans le capote du maestro.
Après deux piques quelconques, la correctionnelle est frisée pour un péon lors de la première paire de banderilles.
Après avoir brindé son toro au président de la commission taurine dacquoise, Jean Baptiste monte le toro au centre par le bas. Le toro met la tête, le maestro l’a vu et le torée avec douceur ce qui déclenche la musique lors de la troisième série. A gauche, la série est moins fluide et Jean Baptiste reprend immédiatement la main droite mais sans l épée, jetée au sol. Les deux séries suivantes vont mettre le public debout. Oreille

Le dernier toro de la course porte le fer de Jandilla. Après un joli quite, le toro prend deux légères piques. Jean Baptiste décide de poser lui même les banderilles après une demande appuyée du public et récolte une standing ovation. Le toro se casse en partie la corne contre le burladero, le président ordonne le changement.

Le sixième bis est un autre toro de Jandilla qui est beaucoup plus sérieux de tête.
Jean Baptiste l’ accueille par deux largas suivies de passes variées et plaisantes.
Le toro partira seul au cheval pour la première pique. Un très joli quite servira à placer le toro pour une seconde très légère pique. Le maestro arlésien brinde son dernier toro au public dacquois avant de commencer sa faena au centre de la piste par une cambiada. Le toro est très bon, à beaucoup de moteur, Juan Bautista trouve immédiatement le sitio et déclenche la musique lors de la troisième série. La série suivante donnée avec la main gauche, et le maestro reprend ensuite la droite pour enchaîner des redondos. Une profonde série à gauche et un final à base de redondo, Luquecinas et dans un périmètre des plus restreint va faire exulter le public. Deux oreilles.


Arènes de Dax


Corrida de toros

Plein « No hay billetes »

Toros de Montalvo, de La Quinta, de Pedraza de Yeltes, de José Luis Pereda et de Jandilla (6 bis)ganaderia de jandillaganaderia José Luis Peredaganaderia Pedraza de Yeltesganaderia la quintaganaderia montalvo

 

 

 

Juan Bautista: oreille, applaudissements, applaudissements, silence, oreille et deux oreilles