Feria de Abril 1997 : El Tato se consacre à Séville

 

Alors que l’actualité taurine est en berne suite au Covid19, nous vous proposons de revivre les grandes faenas qui ont marqué l’histoire de la tauromachie. Feria de Séville oblige, nous vous proposons de revenir aujourd’hui sur la Feria de Abril 1997 : El Tato se consacre à  Séville.


El Tato, Veraniego de Victorino Martin, Séville from ActuToro TV on Vimeo.


Il y a des faenas qui comptent dans la carrière d’un torero. Celle que nous relatons aujourd’hui en est incontestablement une pour Raul Gracia « El Tato ». En ce 11 avril 1997, Jesulin de Ubrique, Pepin Liria et El Tato sont annoncés à la Maestranza. Ils affronteront des toros de Victorino Martin. Cette corrida sera en outre télévisée en direct par les caméras de TVE. 

El Tato, qui avait effectué sa présentation à Séville l’année précédente, en était sorti le grand triomphateur. En effet, il coupa une oreille lors de la corrida de Victorino Martin en 1996. Cette oreille lui permit de prendre le remplacement de Julio Aparicio la semaine suivante. Il coupa trois oreilles aux toros de Sanchez Ybarguen. Et la porte du Prince s’ouvrit par la même occasion. 


El Tato, qui avait effectué sa présentation à Séville l’année précédente, en était sorti le grand triomphateur


Feria de Abril 1997 : El Tato se consacre à  Séville
El Tato coupe trois oreilles aux toros de Sanchez Ybarguen et ouvre la porte du Prince le 27 avril 1996 l Photo DR

La faena de sa vie

 

Ce 11 avril 1997, El Tato va rencontrer sur sa route le toro Veraniego de Victorino Martin. La principale vertu du Victorino est d’humilier. El Tato ne le voit et surtout il ne le laisse pas passer. Les séries s’enchainent ainsi avec la main basse. Le public de Séville rugit. El Tato continue de lier les séries pour le plus grand plaisir de la Maestranza. Deux oreilles vinrent récompenser la faena de sa vie. Et voilà qu’en l’espace de deux ferias seulement, Raul est devenu le plus sévillan des maños. 


Real Maestranza de Sevilla

Feria de Abril

Corrida de toros

« No hay billetes »

 

Toros de Victorino Martin, exigents et encartés à divers degrès. ganaderia victorino martin

 

Jesulin de Ubrique : divisions d’opinions et silence

El Tato : ovation et deux oreilles

Pepin Liria : oreille et oreille