Feria de Abril 2001 : L’idylle éphémère entre José Tomas et Séville

 

Alors que l’actualité taurine est en berne suite au Covid19, nous vous proposons de revivre les grandes faenas qui ont marqué l’histoire de la tauromachie. Feria de Séville oblige, nous vous proposons de revenir aujourd’hui la Feria de Abril 2001 : L’idylle éphémère entre José Tomas et Séville.


José Tomas, Torrealta, Séville from ActuToro TV on Vimeo.


L’histoire entre José Tomas et Séville fut aussi intense qu’éphémère. A peine dix paseos dont un en tant que novillero pour huit oreilles coupées. Ce bilan numérique des plus flatteur fut ne repose en réalité que sur la temporada 2001. En effet, en cette année 2001 José Tomas fut annoncé trois fois à la Maestranza. Il y coupa la bagatelle de sept oreilles en cinq toros et ouvrit la porte du Prince à deux reprises les 15 et 28 avril. Alors qu’il allait réaliser un grand shlem lors de sa dernière comparution premier adversaire de Juan Pedro Domecq en décida autrement. Il lui infligea un violent coup de corne qui l’empêcha d poursuivre le combat. 


« En cette année 2001, José Tomas fut annoncé trois fois à la Maestranza. Il y coupa la bagatelle de sept oreilles en cinq toros et ouvrit la porte du Prince à deux reprises les 15 et 28 avril ».


Feria de Abril 2001 : L'idylle éphémère entre José Tomas et Séville
José Tomas ouvre la porte du Prince lors de la corrida du dimanche de Pâques de la temporada 2001 l Photo DR

José Tomas enchante Séville

 

En ce dimanche de Pâques, Séville est orpheline de son idole. En effet, Curro Romero a annoncé en octobre dernier son retrait. Pour ce premier rendez-vous de l’ère post Curro Romero, Espartaco, José Tomas et El Juli sont annoncés. Ils affronteront des toros de l’élevage de Torrealta. José Tomas signera sa plus grande tarde à la Maestranza. Tout le répertoire stoïque du maestro de Galapagar enchantera l’exigent public sévillan. Trois oreilles de poids gagnées à la finesse de son poignet. Deux semaines plus tard, il réédita son exploit dans une ambiance beaucoup plus triomphaliste. 

 

De Séville au Sénégal

 

A l’issue de cette temporada 2001 où il fut le triomphateur incontestable du cycle, José Tomas sera engagé pour trois nouvelles dates en 2002. Cependant, la magie n’opéra plus. Pire, le public sévillan ne vit que son ombre se promener péniblement au cours de ses trois tardes. Il ne s’y produira plus depuis laissant un goût inachevé à son idylle avec Séville. Souvent le spectre de son retour a plané sur la Maestranza. Cependant, ses exigences démesurées et une empresa qui ne l’a jamais considéré comme une option prioritaire ont eu raison de ce retour aussi espéré qu’inattendu. Si bien que pour justifier son absence, Eduardo Canorea l’invita à aller au Sénégal plutôt qu’à la Maestranza !


 

Real Maestranza de Sevilla

Feria de Abril

Corrida de toros

« No hay billetes »

 

Toros de Torrealta, maniables à divers degrèsganaderia Torrealta

 

Espartaco : ovation et oreille

José Tomas : oreille après avis et deux oreilles après avis

El Juli : ovation et applaudissements