PGalache fabriqué en Salamanque le taureau de la foire Étonnamment fort et enraciné, ainsi que très courageux. Ce n’est pas surprenant pour les braves, si pour les forts, pour les enracinés, dans un doux prototype d’élevage. De ce bâton, de grande qualité, mais comme arrosé de force, sans faire à l’intérieur, le quatrième, les deux dans un lot de Domingo López Chaves, c’est comme ça que sont les toreros quand ils ne vivent pas dans l’angoisse. Celui qui a ouvert la place était un taureau de vaches. Plus dans ce bétail qui a besoin de ce pouvoir et de cette expérience dans sa bravoure classée. à côté de l’un des Le port, les vedettes de la foire. La question est de savoir si nous pouvons, si nous sommes à temps pour inverser l’énorme erreur commise il y a quelques décennies, à la fin des années 1970, lorsque la stratégie du grand taureau a commencé. Il est curieux de voir comment cette “conspiration” qui a tenté de mettre fin au “confort” des personnages avec le taureau diminué de face, n’a pas été payée par le python du taureau, mais par le corps entier du taureau.

Parmi ceux-ci, télécharger des kilos, des boîtes et des visages sur de nombreuses encastes était une tâche stérile. Ceux qui l’ont téléchargé, en particulier depuis Santa Coloma qui venait de Bonjour, a commencé à faire ce qu’il n’a pas fait. Il était hors-type en taille et hors-type en condition ; il a commencé à se démarquer en sortant le visage levé ou, tout simplement, non humiliant, ce qui est la marque de ce sang. Tout ce corps court, court, les mains courtes et le poids raisonnable qui pouvaient à peine commencer avec les cinq d’une demi-tonne, ont cessé de traiter. Ils n’ont jamais été des taureaux à midi du matin, de la nouvelle reconnaissance. Et ceux qui avaient fière allure ont détourné leur statut de sélection pendant des décennies et des décennies. C’est une vérité comme un temple. Qu’il soit reconnu ou non.

Avec l’aide de Moran, Galache, un bétail qui était toujours dans les grandes foires que les nouvelles générations n’ont pas connu, est revenu au présent. Est-il possible de récupérer progressivement ce taureau ? Eh bien, cela dépendra si le bétail acquiert une condition plus puissante, en conservant son sceau de qualité. Cela dépend de l’ouverture ou de la fermeture de cette vacada pour avoir du sang frais. Cela dépend des opportunités que vous avez de faire de vrais tests, qui sont des corridas. Il a quelque chose de très important en sa faveur : il a maintenu son type. Il est toujours le petit taureau, avec des mains très courtes et un corps court, des tempes étroites. Avoir conservé son type et sa carrure est un atout génétique en soi. Rien que pour ça, pour Galache et d’autres éleveurs qui n’ont passé l’épreuve du rien, devraient être encouragés et aidés à faire face aux corridas. Vous ne pouvez connaître que le pouls de votre réalité, grappling.

La corrida n’avait rien à envier aux Cuvillopar exemple, qu’il a jeté un taureau remarquable ou exceptionnel, le premier de Talavant, mais il n’est pas allé plus loin. Ces fermes, si bonnes depuis de nombreuses années, sont surveillées. Les toreros qui se battent avec peu d’avantages font une corrida de carats, ils font un spectacle. On a mis un autre torero avec le chapeau de Moran ou avec le lot rocher roi et les choses changent. La corrida aurait été mauvaise. Mauvais en résultat, en spectacle, en illusion. Je pense que des ranchs comme celui de Galache, de temps en temps, ils devraient être combattus dans des lieux de moindre responsabilité pour les chiffres. Pour connaître votre pouls réel, petit à petit. Les bons toreros aident grandement les ranchs.

Je ne peux pas manquer l’ambiance du dimanche à le belvédère. Cela semblait une autre fois pas si lointaine. Avec toute Salamanque parler de taureaux. Avant et après. Consommation en abondance autour de la ville. Et il ne fait aucun doute que rocher roi en est responsable. C’est logique. Parce qu’elle est la plus récente, mais aussi parce qu’elle fait ce qu’une figure taurine doit faire : répondre à l’illusion qu’elle génère lorsqu’elle est annoncée. Ne décevez pas. Autrement dit, tirez la voiture. Entre lui et ce genre de néo jeunesse de Moranqui a rendu à la tauromachie ce changement d’humeur d’un taureau à l’autre, de la colère de la frustration à l’extase presque collective.

D’ailleurs. Le public ne fulmine plus. Ils traînent le taureau et toute la colère est laissée dans un misérable silence. Oui, d’ici la fin de la saison Mauresque de Puebla retrouve la colère après la traînée du taureau, cette colère torero forte et musicale, ce serait mettre un monument à côté du monument qui lui est dû. Et il va falloir réfléchir à quoi mettre rocher roi, au lieu de le voir comme ce torero voleur de testostérone. Une dentelle taurine exceptionnelle est réalisée.