Guillermo Leal

S’il y a quelqu’un qui persévère dans la tauromachie, c’est bien Octavio García « El Payo » qui hier renaît comme personnage mythologique de Phénix dans Aguascalientes. Un triomphe retentissant, mais surtout nécessaire pour l'artiste mexicain de Querétaro qui a embelli hier une œuvre de haut vol, réplique d'une autre dans laquelle il a superbement joué, Alexandre Talavante qui est toujours torero.

Tous deux ont changé le visage d'un après-midi qui semblait se dégrader et qui, à la fin, s'est également soldé par une clôture très taurine. Léo Valadezdont la chance n'a pas été bonne à la foire, même si cela ne l'a pas empêché de démontrer le lieu, l'attitude et quel bon torero il est, ce qu'il démontrera sûrement la semaine prochaine à Madrid, où il est annoncé le 11 mai dans le Foire de San Isidro.

Hier, la fente au sixième, un volapié parfait aurait dû être récompensé par le juge carré, qui, comme le public, a continué à commenter ce qu'il a vécu avec « Le Payo » dans sa seconde. Cela fait un moment depuis ici Aguascalientes L'œuvre de Querétaro n'a jamais été aussi retentissante, sûre d'elle, sentimentale et émouvante. Après sa première bataille avec un manque de force et un excès de vent, dans sa seconde, il a parfaitement profité de la classe, de la qualité et de la noblesse d'un taureau Cinqueño. Bernaldo de Quiros qui était aussi courageux, et même s'il manquait parfois de force, cela ne l'empêchait pas de Octave Il baissait la main, accompagnait de sa taille et de son toucher les béquilles artistiques et tempérées avec lesquelles il construisait son œuvre.

Il y a eu un changement, accompagné du Combat de coqsdans lequel le public ne savait pas s'il devait crier « Vive Aguascalientes » ou le olé, qui était finalement une combinaison qui faisait le Place Monumentale. Il avait beaucoup à dire au public, quand « Payo » tué d'un coup flétrissant, haut et parfaitement exécuté, il ne s'est pas levé comme propulsé par un ressort, à l'unanimité, et a demandé avec tant de conviction qu'on accorde au Mexicain les deux oreilles qu'il avait. Octave Il marchait joyeusement, sans les lâcher, les exhibant et surtout les appréciant.

Au final, partir sur les épaules, sans une seule protestation, est un véritable reflet qui Octave renaît, avec la même tradition, le même art, mais avec une maturité savoureuse.
Cette tâche était la réplique de ce que l'artiste d'Estrémadure a fait Alexandre Talavante qui est un torero très apprécié ici. Cela leur fut démontré lorsque, après avoir tenté de tuer leur premier qui avait eu du mal, il tua bien et fut applaudi avant de regagner la ruelle.

Apparut le quatrième dont la noblesse et la classe constituaient la combinaison parfaite pour un torero élégant, doté d'une technique raffinée, mais surtout d'une sensibilité extraordinaire. Ses muletazos très personnels, avec une muleta à main basse, repassée et ferme, étaient exceptionnels, car en plus de l'orthographe de sa tauromachie, il l'accompagnait avec sa taille et l'exprimait avec son âme. L'avancée fut complète, dans un lieu magnifique et il obtint ainsi une oreille louable, récompense de sa superbe prestation.

Feuille de célébration :

Fer par Bernaldo de Quirós - Mexique

Place monumentale d'Aguascalientes (Aguascalientes). Quinzième fête foraine, quatorzième corrida. Trois quarts de manche par une après-midi très chaude avec beaucoup de vent. taureaux de Bernaldo de Quiros, le troisième qui a été remplacé parce que le torero ordinaire s'est blessé à la jambe. De présentation correcte, Cinqueños et avec noblesse. Les deux premiers manquaient de force et le sixième était noble. Les quatrième et cinquième qui avaient de la classe se sont démarqués, surtout celui-ci.

ALEJANDRO TALAVANTEpaumes et oreilles.

«EL PAÏO»paumes et deux oreilles.

LÉO VALADEZsilence et applaudissements.

Incidents : Leo Valadez a donné à Elías Esparza « La Changuita », torero, banderillero et depuis 30 ans professeur à l'Académie municipale de tauromachie, qui a « apaisé et exigé » tous les toreros qui sont passés par là. Le picador Héctor Delgado « El Ruso » a été renversé et a reçu de graves coups dans le dos. L'aspirant banderillero Kevin Eduardo García, 15 ans, s'est fait remarquer.