Hier après-midi, l’hôtel Vincci La Rábida 4* a accueilli la présentation du Taureau, bravo viande : un produit durable et sain où, en plus de la présentation, s’est tenue la troisième des dégustations professionnelles auxquelles le projet s’est engagé dans cette deuxième période.

Plus d’une trentaine d’éleveurs, personnalités du monde de la tauromachie telles que Fernando Cepeda, Ramón Valenciahomme d’affaires de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, des représentants de la Junta de Andalucía, le sous-ministre de l’Agriculture, de la Pêche, de l’Eau et du Développement rural, Vicente Pérez, le sous-ministre de la Présidence, Tomás Burgos, le délégué à la Culture et au Tourisme , Miriam Salas , la secrétaire générale de l’intérieur et des spectacles publics, Lourdes Fuster, et, également, la porte-parole du groupe parlementaire Vox en Andalousie, Manuel Gaviraentre autres… n’a pas voulu manquer le rendez-vous pour découvrir ce projet européen d’innovation porté par l’Union Royale des Eleveurs de Taureaux de Combat qui vise à promouvoir l’éco-efficacité de l’élevage de la race indigène de combat et à valoriser cette pratique d’élevage et la bravo la viande

L’ouverture de l’acte a été confiée au président de l’Union royale des éleveurs de taureaux de combat, Antonio Bañuelos, qui a particulièrement souligné « la belle opportunité pour toute la filière bravo de l’élevage de travailler sur des projets européens d’innovation de cette ampleur et aussi le défi pour notre Institution de miser sur la valorisation d’un produit méconnu comme la viande bravo mais aux qualités gastronomiques extraordinaires ».

Cette présentation a eu la participation spéciale de l’écrivain, Antonio García Barbeito, qui se définissait comme profondément amoureux du brave taureau. Il a fait une allégation extraordinaire au sujet de cet animal énigmatique et a exprimé “Le taureau écrivant son nom dans le pâturage, est une beauté qui semblait née uniquement pour embellir le champ avec sa bravoure”.

L’événement a été organisé et présenté par Lucie Martindirecteur du projet et directeur des relations institutionnelles de la Real Unión de Criadores de Toros de Lidia et José Perea, professeur titulaire du département de production animale de l’Université de Córdoba, qui a expliqué la nécessité d’un projet qui valorise la viande de bravo en tant que produit 100% Spain Brand et une grande inconnue des consommateurs.

Tous deux ont rendu compte des partenaires de ce projet et, en particulier, de l’importance du rôle de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Cordoue, qui est chargée de mettre la science sur l’utilité environnementale des élevages et aide à valoriser la viande de bravo le caractérisant et rapprochant les normes de production des besoins de l’industrie et des préférences des consommateurs.

En revanche, dans les interventions des partenaires du ALLER, François Pénaprofesseur de production animale à l’Université de Córdoba (UCO), a souligné l’engagement de la Faculté de médecine vétérinaire de l’UCO dans la conservation et la promotion des races indigènes et de leur habitat naturel, ainsi que dans l’amélioration (sociale, nutritionnelle, hygiénique- sanitaires, etc.) de ses produits.

Pour sa part, José Carlos Caballero En tant qu’entraîneur de l’Asaja Nacional, il a affirmé que “Asaja est et sera au service de tout projet impliquant la création de valeur ajoutée pour le secteur agricole et GO Tauro va clairement dans cette direction”.

Raphaël Calerodirecteur général de la zone sud de Vincci Hotels, a reconnu que “Il s’agit d’un projet qui implique un engagement clair en faveur de la durabilité, tout à fait dans la lignée de notre chaîne hôtelière, dans laquelle, depuis sa création, nous nous sommes toujours fermement engagés à prendre soin de notre environnement sous une série de valeurs ​​qui sont également implicites dans le projet Tauro, comme la valorisation des produits les plus efficaces et la sélection de matières premières de première qualité. Pour nous, en plus, cela a été un défi au niveau gastronomique, la préparation des plats et la manipulation en cuisine d’une viande aussi spéciale et particulière que la viande bravo. A titre personnel, en tant qu’agriculteur, je pense qu’il est important de soutenir des projets comme celui-ci qui contribuent au développement local et renforcent la compétitivité du taureau de combat et sa pérennité dans nos pâturages ».

A cette présentation, ont participé Javier Núñezéleveur de La Palmosille, le premier éleveur à s’inscrire et à collaborer au projet, qui s’est exprimé avec enthousiasme « J’encourage tous les éleveurs à rejoindre un projet pour valoriser ce qui est à nous. Nous avons besoin de connaître notre produit pour le faire connaître ».

Enfin, l’événement a été clôturé par Vincent Pérezsous-ministre de l’Agriculture, de la Pêche, de l’Eau et du Développement rural de la Junta de Andalucía, qui a souligné l’importance du travail que les éleveurs bravo effectuent pour la conservation de la dehesa et d’une race indigène d’une grande importance dans cette Communauté.