Il y a engagement qui dure des décennies entre les partis politiques, les gouvernements et les médias pour taire deux faits brutalement pertinent pour la nouvelle société. Mort par suicide et solitude. Dans Espagne dix personnes prennent leur vie chaque jour, une toutes les heures. Nous approchons de la trois mille par an et est la principale cause de décès. Dans presque cinq millions de foyers habitent une seule personne. La nouvelle politique pervertit le langage pour cacher cette aberration : appelé ménage unipersonnel. Cinq millions de personnes vivent seules. Deux millions ont plus de 65 ans. Je te demande: Vous arrive-t-il de parler de ces deux horreurs du pays ?

Dis-moi comment tu meurs et je te dirai qui tu es, écrivait-il Octave Paz. Nous ferions mieux de ne pas appliquer cette haute réflexion humaine à ces personnes qui meurent de leur propre main. Parce que si nous le faisions, ce pays serait aujourd’hui dans une situation terrible. Peut-être l’endroit où nous l’emmenons. c’est pourquoi mieux faire du suicide une censure. Se référant à solitude, n’existe pas non plus. Les gens qui ont régné en Espagne pendant quelques années, ils ont réussi à transformer une réussite sociale en quelque chose d’horrible et d’aliénant: Prends en un longue espérance de vie pour en finir vivre dans une solitude inhumaine et aux pieds des chevaux du suicide.

Ils ont transformé l’accomplissement de longue durée en martyre. Mais, le marché et la société l’ont déjà trouvé remède: comme l’homme est un être aliénant pour l’homme et le abandon l’humain est la pratique sociale commune, le problème est racheté racheté avec un animal de compagnie. Et pour que les animaux domestiques ne soient pas abandonnés, nous dépensons de l’argent dans des campagnes de non-abandon sans investir un euro dans des campagnes pour faire abandonner les hommes et les femmes. Et donc, censurer la mort/le suicide et la solitude, nous pouvons maintenant nous consacrer à ce qui est humainement nécessaire. discuter du genre, nous pouvons maintenant passer en revue l’histoire de l’échantillon pour faire en sorte que les Castillans et les Aragonais s’excusent pour ce que les Rois Catholiques ont fait.

Si la mort et sa pire expression, la suicide et la solitudeils n’existent pas, je Je me demande pourquoi il doit être en vigueur une expression comme tauromachieQuoi né et mère de la transcendance de la mort et de la solitude. De son culte le plus humain et le plus sensible. La tauromachie exprime la vie dans ces deux concepts. Cette idée que les deux inconfortablecelui de la mort, est ce qui devrait nous inciter à vivre avec toute la plénitude du verbe vivre: se passionner, créer, dépasser, se tromper, frapper. S’aventurer. Vivre. La tauromachie conjugue le verbe vivre de façon exemplaire car elle porte en elle, comme la vie, une certitude de mort.

La mort des toreros, tous, est la expression maximale du verbe vivre. La mort dans la tauromachie est cette bouche qui n’est jamais satisfaite de la vie des toreros. Comme dans la vie : parce que la mort n’en a jamais assez d’engloutir des vies. La mort habite dans tout ce que je vis. Dis-moi comment tu es mort et je te dirai qui tu es. Dis-moi comment tu es mort et je te dirai comment tu as vécu. Une société qui il censure la mort, il censure la vie. Un monde comme celui de la tauromachiequi cultive et rend un culte transcendant à la mort, cultive la vie. Car, en plus, la tauromachie et sa créativité transcendant, ils comprennent ça l’homme ne meurt pas le jour de sa mort.

Manolete, Yiyo, Paquirri, Víctor Barrio, Iván Fandiño et tant d’autres, ne sont pas morts le jour de leur mort. Tous se sont battus, c’est-à-dire qu’ils ont vécu en pensant non pas à la “mort”, mais à ce que le poète Rilke a appelé ‘sa propre mort‘. C’est-à-diremort individuelle, mort libre, mort vécue, et donc mort d’une vie cultivée. Ils sont morts comme ils avaient vécu, de telle manière qu’ils ne sont pas morts le jour de leur mort. Ce n’est pas un jeu de mots, pensez : à tous on s’en souvient beaucoup plus loin et d’une manière différente de celle dont on se souvient, réitéré et presque forcé, un jour des morts et des fleurs pour se souvenir d’eux.

Quant à la solitude, oui, nous sommes seuls L’être humain est seul. Pour être différent. C’est notre essence car ce n’est que dans la solitude que c’est la nostalgie, c’est la créativité, c’est labourer un champ, c’est l’amour, c’est peindre, c’est bouger, c’est écrire un poème.. Une blessure, un décès, un échec, un succès, est dans la solitude car il appartient à chacun. Mais dans ce solitude de l’intelligence humaineon vit pour l’autre, on le fait pour l’autre, nous partageons les uns avec les autres. La solitude de la tauromachie nous apprend à ne pas abandonner. Dire que l’être humain pas coupable de solitude mais coupable de déshumanisation. On ne s’humanise pas en supplantant la solitude par un chien mais par un autre être humain.

Je hais de tout mon désir caché de haïrje l’avoue, à ce troupeau de nouvelles politiques et à cette nouvelle tendance sociale dans laquelle personne ne meurt, personne ne se tue, personne n’est seul, dans lequel personne ne lit, personne ne se bat, personne ne peint. Ici, il n’y a personne. Aujourd’hui, ils veulent que nous ne soyons personne. Pour cacher qu’il n’y a pas de solitude, de suicide, de mort, d’avoir sournois qu’il n’y a pas d’intelligence, d’individualité, de pensée, de tauromachie, d’écriture, de lecture.

la tauromachie est la activité la plus rebellenon globalisable, libre, intelligent et cultivé de tous ceux qui peuvent exister aujourd’hui. La corrida n’avale pas, ni ses habitants avalent. Eh bien, à quelques exceptions près, je suppose. la corrida éviter la pensée uniqueégalitarisme, ne recule pas devant la mort ni ne la cache, il vit comme il meurt, il meurt comme il vit et il enseigne comment vivre parce que nous mourons et que nous devons mourir comme nous avons vécu.

la corrida il n’est pas indifférent à la mort ni ne la cache ou la censure parce que la vie ne lui est pas indifférente. On ne se perd pas dans ce monde de concitoyens égaux ou dans le novismos préceptes moraux dans celui qui règne la nouvelle censure et l’inquisition. la corrida et le torero meurt comme il vit parce qu’il a vécu sa vie comme il l’a voulu. Sa vie lui appartenait et sa mort lui appartenait. Qui ne meurt pas comme ça, c’est qu’il a vécu une vie qui n’était pas la sienne. Survécu, à peine. Ceux qui ne font que survivre ne meurent jamais. Ils disparaissent sans laisser de trace lorsque leur malchance s’épuise.