ETC’est un goring rare et étendu… Il avait des trajectoires, je ne sais pas… inattendues. Des trajectoires sont apparues qui n’étaient pas censées apparaître… Il a eu beaucoup de chance, jusqu’à présent ». Il vient de terminer une opération compliquée d’enchaînement brutal et très sérieux de quatre trajectoires extensives dans le Le triangle de Scarpa au novillero Julien Garibay cet après-midi dans Moralzarzal. C’est lui Docteur Enrique Crespo qui répond à l’appel monde du taureau, une éminence de la chirurgie taurine qui explique que malgré tous les dégâts, le goring’n’atteint apparemment pas l’abdomen”, bien que le médecin ait ordonné que divers tests soient effectués pour savoir si une autre blessure interne a pu se produire, par mesure de précaution.

“Il est aux soins intensifs mobiles, en route pour l’hôpital de Villalba”, -continue la Dr Crespo-. «En principe, le goring a été résolu. Il y restera. J’ai conseillé qu’ils fassent un scanner à la fois de l’abdomen et du thorax car apparemment le goring n’a pas atteint l’abdomen, il n’est resté que dans la musculature, dans la paroi abdominale, mais je l’ai recommandé au cas où il y aurait une contusion dans le parties internes.’

Le chirurgien taurin expérimenté assure que le jeune novillero : ‘Il a eu beaucoup de chance malgré les quatre trajectoires, car je crois, bien que je ne sois pas sûr, qu’il n’a pas pénétré l’abdomen, et l’autre trajectoire, celle qui descendait vers la cuisse, -la seule chose, qui est déjà assez-, il a déchiré les muscles qui protègent la veine fémorale et l’artère, qui ne les a pas arrachés, il ne les a pas touchés. Il a déchiré le muscle que nous disons va au-dessus d’eux ‘, déclare Frisé, ce qui explique à ce médium la large portée d’un goring très étendu dont les trajectoires additionnées, atteignent jusqu’à 80 centimètres :

«Le goring n’est apparemment pas entré dans l’abdomen et le saignement provenait des collatérales veineuses. Il n’a arraché aucune grosse artère ou veine, seulement depuis qu’il s’agissait d’un goring si étendu, le saignement n’était pas à l’extérieur de la plaie, tout était à l’intérieur parce que le trou était très petit, mais à l’intérieur il y avait tout… Nous avons traité l’hémorragie, nous avons mis les trois drainages et le garçon est maintenant stable et complètement réveillé. C’est l’avantage d’avoir toujours les meilleurs anesthésistes dans votre infirmerie des arènes, grâce auxquels nous pouvons opérer et essayer de résoudre l’encornement sur place ».

Lorsqu’on lui a demandé s’il avait rencontré un autre goring qui englobe autant de longues trajectoires, le Dr Crespo Réponse: ‘Plus qu’étendu, car nous avons opéré d’autres encornages beaucoup plus étendus, mais dans ce cas des trajectoires sont apparues qui n’étaient pas censées apparaître… Je n’ai pas vu l’encornage car Joselito Rus était soigné à ce moment-là, mais ils racontent m’a dit qu’il avait été suspendu au python en le balançant et en le retournant au milieu de l’anneau. Et ça a eu des trajectoires je ne sais pas… insoupçonnées… Il a fallu ouvrir toute l’aine et la cuisse pour toutes les découvrir et les nettoyer. C’est un goring rare et étendu’.

Malgré son expérience, le Dr.r Crespo déclare un sentiment ‘une douleur interne’ à chaque fois qu’il faut intervenir un torero : “Cela me dérange beaucoup d’avoir à parler de ces situations, parce qu’à chaque fois que je dois encorner un torero, je ressens une douleur interne dans mon âme que personne ne connaît… Mais l’important est que le gamin fasse bien, que il récupère bien et n’a pas de complications’termine en disant le docteur.

RAPPORT MEDICAL DE JULIÁN GARIBAY :

‘Corne de taureau enroulée dans le Triangle de Scarpa à quatre trajectoires ; un, en haut et en dedans, au-dessus du ligament inguinal, d’environ 20 centimètres de long, déchirant le muscle oblique majeur de l’abdomen, sans lésion intrapéritonéale apparente ; une autre, en haut et en dehors d’environ 15 centimètres qui atteint l’épine iliaque antéro-supérieure ; un autre d’environ 20 cm. qui atteint transversalement la face externe de la cuisse, lésant le muscle vaste latéral et le tenseur du fascia lata ; un autre vers le bas et à l’intérieur d’environ 25 centimètres qui sectionne le muscle couturier et déchire le muscle crural. Hémorragie veineuse due à la déchirure de plusieurs collatérales musculaires et à une contusion thoracique.