Par Guillermo Leal

Sur le papier, c’était une affiche. Et sur le ring, il n’a pas failli.

Ceux qui ont assisté à Pachuca hier ont vécu un après-midi d’émotions, d’expérience et de bonne tauromachie. Il a été Alfredo Rios “Le Comte”le vétéran, dans sa meilleure version, qui a devancé ses suppléants en coupant trois oreilles, et il était évident qu’ils lui donneraient la réplique. “La Juli” Il s’obstinait à couper deux oreilles et Joselito Adame était sur le point de le faire s’il n’avait pas crevé.

Tous les trois, accompagnés des matadors de luces, ont fait le tour du ring qui a réchauffé l’atmosphère pour que “Compter” Cela montrerait que, comme les bons vins, plus ils sont vieux, mieux c’est, avec une plus grande régularité. En parfaite forme physique, il a montré sa variété intacte avec la cape, son brio dans le placement des banderilles et qu’il continue à se battre bien et lentement quand un taureau le lui permet, comme ce fut son premier de Villa Carmela, un taureau avec classe et noblesse qui lui a permis une tâche entonnée qui a paraphé avec un stocon ce qui lui a valu la première oreille de l’après-midi. Dans sa seconde, il était à nouveau très bon, seulement maintenant avec un cor plus exigeant et il pouvait le faire sans stress, comme un bon professionnel, indiquant clairement qu’il le prend au sérieux à son retour de retraite. Son travail lui a valu de se couper deux oreilles et ainsi de s’élever comme le plus grand vainqueur.

“La Juli” Il revient, pour la millionième fois, démontrer la maîtrise de sa tauromachie. Il inventa une tâche que son deuxième taureau ne semblait pas avoir et ce n’était pas une tâche simple, mais un “faenon” plein de tempérament, de lignes fines, de touches, de lieu. Chose qu’un torero qui n’est pas enseignant n’aurait pas pu faire. Les gens, qui avaient vu l’effort du Madrilène dans sa première, qui était mauvaise, fade et très terne, s’étaient impatientés de la cinquième, qui était faible. Lorsque “Julie” il a frappé des chicuelinas sur lui, il était évident qu’il avait vu quelque chose dans le taureau auquel il avait consenti et avait fait gaspiller au taureau son fonds de bonne qualité dans un travail d’épeautre et qui avait fait se lever le public jusqu’à ce qu’il oblige le juge à lui accorder les deux oreilles .

dommage que Josélito Adamela figure, n’a pas pu couper les oreilles de son second car il l’avait gagné avec une tâche importante dans laquelle l’hydrocálido devait vaincre le vent et la bravoure du taureau qui était, à la fin, sinon le meilleur, oui le plus complet en termes de bravoure et de bon style. il pourrait Adamé dans une tâche de moments de grand courage et de détermination.

L’épée l’a privé d’un triomphe numérique, mais pas de la reconnaissance du public qui l’a également applaudi dans sa première parce que Joselito Il était ferme et très torero avec une mauvaise corne.

DOSSIER

Plaza de Toros Vicente Segura qui a célébré les 44 ans de son inauguration.

Environ six mille spectateurs, par un après-midi froid, avec des rafales de vent et des avertissements de pluie.

taureaux de Villa Carmel, de belles formes. Quatre de très bonne présence et deux de moins. Les combats en première et quatrième se sont démarqués par leur qualité ; les braves étaient les cinquième et sixième. C’est le taureau le plus complet de ce qui a finalement été une bonne course de taureaux.

Alfredo Rios “Le Comte”; oreille et deux oreilles.

Julian Lopez “El Juli”: paumes et deux oreilles

Josélito Adame : au troisième et ovation.

Détails : Après le paseillo, la société Toro Tlaxcala, propriété de Rafael Ortega, a reconnu le doyen des toreros, Jaime Rangel d’Hidalgo ; l’homme d’affaires Chucho Arroyo, dont la reconnaissance a été reçue par son fils Pepe ; et le seul survivant de l’affiche inaugurale de 1978, le maestro hidalgo Jorge Gutiérrez qui a reçu une ovation tonitruante.