Guillermo Leal

J’ai terminé julien sa mini tournée mexicaine. A peine trois jours d’agitation intense, de vols, de routes, d’émotions et, surtout, de la course et de la détermination de ce torero vintage dont nous revenons calmes, heureux et réussis.

Après son important travail à Lima le dimanche 13 novembre dernier, embauché par maison des toreros et son gérant Pablo Morenoce qui lui a valu deux oreilles, Julian s’est rendu au Mexique pour entrer dans le domaine bravo, voir des amis et ce qu’il aime le plus : la tauromachie.

Eh bien, cela semble incroyable, mais cet homme avec tant d’histoire, consacré, au-delà du bien ou du mal, continue de vivre pour le taureau et d’y penser pendant 24 heures.

Il maintient même, dans la mesure du possible, sa proximité avec le public, même si c’est vrai, ce n’est pas quelque chose que Julián apprécie tant.
Et c’est compréhensible, tout le monde veut quelque chose avec l’homme de Madrid.

Mais au final il leur a donné dans ce parcours ce que le public recherche, des tâches qui répondent à leurs attentes et leur donnent envie de le voir dès son retour en janvier.

vendredi dans Monterey il a eu une oreille, mais le lendemain à Pachuca, il a obtenu l’une de ses tâches les plus belles, artistiques et harmonieuses de ces dernières années avec un taureau de Villa Carmel à laquelle julien Il a sorti le bon bas, coupant les deux oreilles.
Et hier, à Irapuato, il a réussi à convaincre le public et le juge de décider que “Caramelo” par mimiahuapam retourner aux pâturages de Guanajuato où il a été élevé par Don Alberto Baillères et qui sont maintenant le territoire des passionnés Juan Pablo, Un de ses fils.

Alors julien il est passé du moins au plus, bien que son moins soit toujours plus. Une équation facile à comprendre tant qu’il s’agit de Julián.