Jésus Enrique Colombo se prépare, pour être en forme pour la saison qui va commencer, dans la rude campagne vénézuélienne, dans l’élevage Les Aranguez. Pendant deux jours consécutifs, il a tenté neuf génisses et combattu un taureau en plein champ. Le matador vénézuélien de formation espagnole a laissé derrière lui 2023, son année de plus grande activité taurine entre L’Europe  et Amérique, où il obtint d’importants triomphes. Il participa à 24 corridas, avec 16 grandes portes, combattit 50 taureaux et coupa 50 oreilles, et obtint également le pardon et une queue coupée.

Parmi ses succès se distingue la grande porte de son Pampelune de l’âme, coupant deux oreilles importantes au Miuras qui s’est battu avec force et courage, énergique avec l’épée, gai avec les banderilles, élégant avec la cape et doux avec la béquille, conquérant les tribunes poil par poil, surtout les peñas qui avec leurs chants l’encourageaient jusqu’à ce qu’il ne puisse plus le supporter … en sortant sur les épaules.

Le jeune torero a conquis les supporters vénézuéliens avec ses triomphes incontestés et est leur idole. Avec cinq courses en Amérique, Il débute la saison avec l’envie d’être une figure incontestable, représentative du Fête sauvage Vénézuélien sur le sol européen. À Colombo Il est encore plus excité de ne pas pouvoir commencer l’année dans le pays où il est né et où il a fait ses premiers pas dans le monde de la tauromachie, toujours guidé par la main de son père, torero à la retraite. Jesús Adolfo «Colombo» Ruiz.

Participera au Foire de Saint-Sébastien, le 25 janvier, lors du premier voyage taurin de Tachira, en faisant le Paseíllo avec Gines Marin et le tourbillon de Mexique, Isaac Fonseca, qui combattra des taureaux de grands triomphes dans les arènes Nouveau village, tout comme les héritiers de Hugo Domingo Molina, les de « Grand ranch ». Le 27 janvier, le Foire géante d’Amérique avec une affiche composée de rehileteros, David Fandila « El Fandi », qui réapparaît, et Manuel Escribano, contre des taureaux d’un autre ranch à succès, celui du Venezuela « Les Aranguez » des frères Rire.

Le dimanche 28 janvier, il y aura Colombo dans la corrida blanche du 95e anniversaire de Arènes de Mérida, Mexique, avec des personnages mexicains Juan Pablo Sánchez et Arturo Saldivar et le valencien Romain, taureaux de combat Barralba. Le 11 février, il revient à Venezuela au Carnaval taurin d’Amérique, avec des taureaux Grand ranch des héritiers de Hugo Domingue Molina. Il fera sa promenade avec la figure espagnole Daniel Luqué, qui retrouvera les fans de Mérida, en plus du médecin torero Antonio Suárez et le rejoneador Francisco Javier Rodríguez, avec un taureau Noix de cajou.

Ferme la Foire du Soleil, 12 février, jour de Jeunesse dans Venezuela, avec une affiche mitigée, avec le vainqueur des deux derniers salons Francisco de Manuel, la figure Alexandre Talavante et ses débuts comme torero Venezuela de Marco Pérez, avec des taureaux et des bœufs de l’élevage colombien Juan Bernardo Caicedo et un taureau du Noix de cajou pour le rejoneador Francisco Javier Rodríguez.