Joaquín Sabina était présent lundi soir à ‘La fourmilière’où il a présenté le documentaire “Je le ressens beaucoup”, œuvre de Fernando León de Araona et avec la musique du chanteur Leiva. L’une des parties du documentaire, dont le tournage a duré quatorze ans, se déroule dans Aguascalientes (Mexique) le jour où José Tomás il a subi un coup ébouriffant qui a failli lui coûter la vie.

“Ce même soir, vous deviez jouer à Aguascalientes et vous ne saviez pas si votre ami allait mourir”, il a pointé Paul MotosQuel Joaquín Sabina a répondu : ‘Je me souviens que lorsque nous avons quitté les arènes après que José Tomás eut subi ce encorné tellement énorme, à travers les haut-parleurs, ils ont dit qu’il fallait du sangque les gens devaient faire un don’. Le chanteur d’Úbeda se souvient : «Je me souviens que ma partenaire Jimena est allée faire un don et nous sommes allés à l’autre arène où j’ai joué. là en moi vestiairej’ai été fait merde en chantant Purisima et Ormais ensuite j’ai agi’.

Egalement réalisateur du documentaire, Fernando Léon de Araona Il a rappelé comment il a vécu ce moment et quels étaient les plans de tournage à Aguascalientes : ‘Il y a des moments du tournage qui semblaient science fiction parce que de telles choses sont arrivées spectaculaire Comme ce qui s’est passé cet après-midi. Les plans étaient de faire une sorte de parallélisme entre les deux, comment ils s’habillaient tous les deux, comment chacun faisait face à son spectacle, … et enregistrez Joaquín voir son ami José Tomás et puis c’est lui qui est allé voir le concert de Sabina..

Conformément à l’expérience d’Araona, Sabine indiqué que ‘Fernando concernant les taureaux est un Suédois du nord de la Suède, mais il était Impressionnant cet après-midi où je l’ai emmené aux corridas de Aguascalientesrencontré José Tomásil lui a serré la main, que je pouvais être si près d’être pris et même l’enregistrer…’.

Aussi Leiva Il a voulu donner sa vision de cet épisode, dont il a souligné : ‘JE impressionné ce moment et j’aime beaucoup le regard que lui donne Fernando dans cette séquence du documentaire. on imagine Sabine à Aguascalientes dans un vestiaire avec très luxueux. Quelque chose qui selon la version du chanteur, est loin de la réalité : ‘Votre ami est sur le point de mourir pour un Merde et vous êtes dans une cabine d’essayage avec des tissus et dans des circonstances très différentes…’.