José Cabrera « Je pense que parmi nous tous, nous devrions le soutenir beaucoup plus et nous rendre forts et les hommes d’affaires devraient être plus responsables et jouer des corridas à toutes les foires importantes et nous avons des opportunités »

José Cabrera est né à Almería le 17 janvier 1993, un jour son grand-père l’a emmené avec lui à une corrida, alors qu’il n’avait que 6 ans, tout a attiré son attention et il était très attentif à tout et quand la corrida s’est terminée , il a dit à son grand-père « Je veux être torero et quand la foire a été terminée, mon grand-père m’a emmené à l’école municipale de tauromachie d’Almeria ». Avec le soutien de ses parents et de son grand-père, il entre à l’école de tauromachie d’Almería à seulement 6 ans, faisant ses débuts avec le public et sans picadores à 16 ans.

Dans cette première saison, le torero a laissé une impression magnifique et le désir d’être torero.

Comment vous est venue l’envie d’être torero ?

Quand j’étais petit, mon grand-père m’a emmené à un après-midi de tauromachie ici dans les arènes d’Almería, un après-midi où le maestro José Tomas se battait. Je n’avais que 6 ans, cela a attiré mon attention et mon grand-père m’a inscrit à la tauromachie d’Almería. Et à partir de là, tout a commencé. Au début, je l’ai pris comme un jeu parcourant toute l’arène jusqu’à ce que petit à petit, quand j’ai fait mes débuts, j’ai commencé à le prendre au sérieux.

Y a-t-il des antécédents de tauromachie dans votre famille ?

Pas vraiment, mais mon grand-père l’aimait beaucoup.

Quelle est la conception taurine de José Cabrera ?

Être capable d’animaux et rechercher la pureté dans les banderilles

Qu’est-ce qui a le plus évolué depuis vos débuts avec les picadors en 2015 ?

Vous pouvez voir petit à petit comment ma position devant le visage de l’animal est plus correcte, ainsi que la ligne des béquilles et le toucher, les gens ont pu voir de l’année dernière à cette année que ma fermeté est plusjer

Que pensez-vous que vous devriez améliorer?

Chaque fois qu’il y a une corrida, que ce soit dans une corrida ou une corrida, je m’enregistre généralement et je vois ensuite les échecs pour affiner les choses… il y a toujours quelque chose de nouveau à améliorer.

Avez-vous une coutume ou un passe-temps avant de monter sur le ring ?

Oui! La vérité est que les jours avant le combat, je vais rendre visite à ma Vierge de l’Espérance Macarena. Je suis aussi très superstitieux et je n’aime pas laisser les choses sur le lit et j’aime tout faire correctement.

À qui appartient-il?

Cette année, le maestro José Gabriel Olivencia, un torero et homme d’affaires qui m’aide dans tout ce qu’il peut, tant pour les festivités que pour me tenter et corriger les erreurs, je lui suis donc très reconnaissant car il m’a donné un en plus de la confiance en moi qui me manquait l’année dernière et donc mon illusion en cette année 2017 avec lui à mes côtés m’aidant est énorme et après m’avoir donné sa confiance. Je remercie également d’autres personnes, amis, hommes d’affaires, etc. etc. qui se soucient de moi de manière désintéressée et m’aident s’ils le peuvent.

Comment se passe la préparation de cette saison ?

J’étais à Medina Sidonia (Cadix) pendant un mois et je suis revenu pour le festival d’Almería, maintenant j’ai essayé de me détendre et d’attendre que le temps s’améliore pour pouvoir revenir quelques jours jusqu’à la prochaine date que nous espérons nous pouvons annoncer bientôt. Je dois admettre que c’est l’année où je fais le plus de terrain et je le constate en moi comme la base principale de ma préparation

Nous connaissons tous le sacrifice que représente le fait de se consacrer au monde de la tauromachie, qu’est-ce qui vous manque dans votre vie quotidienne ?

Rien vraiment, parce que je fais ce que j’aime et ce pour quoi je me bats, pour mon mode de vie, et les gens qui sont à mes côtés me soutiennent à chaque instant, ce qui est le plus important. La seule chose qui me manque, c’est de ne pas avoir au moins un rendez-vous pour combattre chaque semaine ou chaque jour un tentateur (entre les rires) mais tout vient….

Quelles sont vos attentes pour 2017 ?

Eh bien, j’établis mes attentes au jour le jour, bien que si vous voulez quelque chose de plus à long terme, alors pouvoir combattre autant de corridas que possible avec des festivals, et si cela peut entrer dans une importante foire de corrida… et aussi pouvoir entrer à Madrid est le rêve de tout novillero.

Comment voyez-vous la concurrence ?

La concurrence, bien que beaucoup aient pris l’alternative, est très élevée, car nous nous battons tous pour le même rêve et il y a peu de corridas, pour tout cela, chaque jour où vous sortez sur une place, vous devez vous vider et vous différencier de le reste.

Jusqu’à présent, quel a été l’après-midi le plus important depuis vos débuts ?

Eh bien, celui sur les débuts après qu’il m’ait attrapé dans une portagayola et qu’ils aient dû me donner des points, je suis sorti très en colère, avec le chapeau qu’ils m’ont donné à Parentis d’El Añadió avec lequel j’apprécie vraiment. Jusqu’à présent, je n’ai pas eu beaucoup de chance avec le bétail et j’ai combattu des corridas difficiles mais celles-ci, même si vous ne réussissez pas, vous endurciront en tant que torero

Quelle est votre vision de la tauromachie actuelle ?

Je pense que parmi nous tous, nous devrions le soutenir beaucoup plus et nous rendre forts et les hommes d’affaires devraient être plus responsables et jouer des corridas à toutes les foires importantes et nous avons des opportunités

L’alternative est ce moment dont presque tous les toreros rêvent. Qui voudriez-vous être leur parrain et témoin de l’alternative, et bien sûr, dans quelle arène et avec quel cheptel ?

C’est vrai que c’est le rêve de tout novillero d’atteindre ce beau moment de prendre l’alternative… Mais c’est vrai que c’est encore loin… Le professeur El Juli, Manzanares ou tout autre professeur… Il c’est toujours sympa d’en prendre dans ton pays et sinon n’importe quel carré comme celui de Nîmes… L’élevage quoi qu’il en soit franchement.