Pour Guillermo Leal (Mexique)

José Mauricio j’ai eu la chance de me rencontrer hier Rincón de Romos, Aguascalientesavec deux taureaux San Fernando né dans la courageuse campagne de Querétaro, bien qu’avec du sang espagnol de Domecqqu’il a fini par comprendre jusqu’à lui couper respectivement deux et une oreilles, lors d’un après-midi retentissant qui était pour lui, puisqu’il est entré dans l’effectif en remplaçant « Armilite IV » qui va subir aujourd’hui une opération à la main droite fracturée il y a dix jours.

«J’ai vraiment apprécié le courage des taureau de San Fernando ce qui a apporté beaucoup à la ligne parce qu’il y avait un bon fond et un bon parcours, ce qui a donné de l’excitation à l’après-midi, donc après l’avoir combattu comme j’aime, particulièrement naturel, j’ai réussi à lui couper les deux oreilles.’il a dit Mauriciopar téléphone du Aguascalientes.

Il a coupé l’oreille de son second et a déclaré que cela lui procurait beaucoup d’enthousiasme et de sécurité pour son retour à l’école. Place Mexique où il se produira le 25 février dans le cadre des affiches pour le retour de la courageuse fête dans la plus grande arène du monde. Auparavant, le torero de la capitale, qui a coupé un autre appendice à son deuxième taureau, portera des lumières le 2 février à Sombrerete, Guanajuato et le 8 à Tezontepec, Hidalgo.

Mauricio espère, dans les plus grandes arènes du monde, combattre comme il l’entend, avec courage, cadence et émotion, comme il l’a fait hier dans les arènes hydro-chaudes où il alternait avec le rejoneador. Jorge Hernández Andrés qui a échoué dans sa tâche avec le bâton de la mort ; Antonio Ferrera qui était très torero et Ricardo Leos qu’il a choisi l’alternative bien qu’il ait enregistré les nombreux jours où il a arrêté la corrida.

Le bétail de San Fernandopropriété de Santiago Pérez Salazar sous les auspices de son père Fernando, propriétaire de Ruisseau Zarco, a connu non seulement de grands débuts hier, mais aussi un week-end triomphal. Samedi à San Fernando deux taureaux ont été élevés qui sont sortis dans l’arène du Palacio del Arte et ont été remarquables, l’un d’eux a conduit à la surprenante Bruno Aloi lui a coupé la queue, le ranch a donc reçu son premier trophée triomphal.

« Ce taureau (celui de Mauricio) qui a été lentement traîné était vraiment important. Il avait de la noblesse, de la bravoure, comme toute la corrida, mais surtout une qualité qui était l’émotion dans chacune de ses attaques. Je suis heureux parce que la course des taureaux était courageuse dans son combat avec les chevaux, puis en plus de celui-ci, il y en avait d’autres qui permettaient aussi la corrida, comme celle des rejones, bien que Jorge Hernández il l’a piqué ».

« Je suis honnête et je n’ai pas du tout aimé le sort du matador Antonio Ferrera qui pourtant était très bon’, reconnu, honnête, Santiago Pérez Salazar, qui a renversé la situation avec JOsé Mauricio.