Arles, Saragosse, Nîmes, et bien sûr, Madrid avec une performance impressionnante jean leal continue de triompher avec “coup chantant” cette saison. Dans Dax, il y a deux jours, il a une nouvelle fois démontré sa capacité face à une bonne corrida de Le Parraljo. Rares sont les opportunités pour les jeunes dans un système fermé. La pandémie a mis un terme à une longue saison au cours de laquelle Loyal Il est venu pour être annoncé dans toutes les foires importantes. Mais même ainsi, il a continué à travailler pour se plonger dans une tauromachie très sui generis, perfectionnant ce qui pouvait être amélioré et mettant en valeur ses vertus, entre autres une valeur exceptionnelle. Le public de Daxdont la sensibilité est plus que démontrée, a su valoriser la version renouvelée de Jean fidèle.

Sa finale de saison semble haute tension. Bayonne, Albacete, Nîmes, Madrid et Saragosse Ce sont les principales dates qui culmineront une saison de pari et de confirmation.

« Je sais où je veux aller, la tauromachie qui m’obsède ; mais je dois admettre que je n’ai pas toujours réussi et que l’envie et le besoin de réussir m’ont souvent dérouté. Dans Dax, Je pense avoir réussi à gravir une marche de plus. J’entends qu’à chaque représentation mon dévouement soit maximum, c’est ma façon d’exprimer mes sentiments face au taureau. Depuis mes débuts c’est ce qu’ils m’ont toujours valorisé. Cependant, les sensations de prendre une fente de taureau longue et tempérée avec la main gauche ne peuvent être comparées à rien. Dans Dax, J’ai pu démontrer mon évolution et apprécier plus que jamais la tauromachie fondamentale, m’abandonnant et me vidant à chaque charge du bon taureau de Pepe Moya’, assure Jean fidèle.

‘Pouvoir avoir la patience d’attendre et de sauver les attaques jusqu’au moment de me placer dans mon terrain de prédilection est le fruit de la maturité et de beaucoup de travail. C’était formidable comme dans l’épilogue de l’abattage, lorsque j’entrai dans la juridiction du taureau -dans la “casse”-, le pubis explosa et se dressa. C’était comme si ce qu’ils me reprochaient avant, maintenant ils me le permettaient et le valorisaient comme signe de mon identité, mais en même temps comme signature d’un travail approuvé. Le public, en général, est très sage. Ils exigent de vous s’ils peuvent vous exiger et, bien que la critique soit difficile à supporter, ils vous aident à vous améliorer dans la recherche de vous-même. je suis parti Dax avec un très bon gout dans la bouche et le moral à bloc pour faire face à mes futurs engagements’conclut le Gaulois.