Guillermo Leal

Le candidat du parti officiel de Brunette, mais surtout de qui occupe Palais national détenant le titre de Président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, Mme Claudia Sheinbaum, a menacé de soutenir l’interdiction de la maltraitance animale.

« Nous allons soutenir l'initiative visant à interdire constitutionnellement la maltraitance des animaux« , a-t-il déclaré lors de son discours d'ouverture officielle de sa campagne pour la présidence du Mexique.

Et même s’il n’a pas mentionné spécifiquement la corrida, ce sont les mots de tous les prohibitionnistes lorsqu’ils font référence au spectacle taurin.

Un mauvais départ pour le candidat du secteur taurin, qui, bien que minoritaire, est très représentatif dans ce pays, puisque y convergent des personnalités importantes de la vie publique, sociale, culturelle et économique du pays. Mexique, avec le secteur qui, s'il veut obtenir des sympathies et des votes, devrait être plus prudent : le peuple, qui se retrouverait sans le droit légal d'assister à un spectacle qui lui plaît, mais pire encore, priverait des milliers de personnes de l'exercice d'une profession et gagner sa vie.

Bref, Madame. Sheinbaum Il entend, dès le début de ce qui pourrait être son gouvernement, retirer le pain de la bouche de milliers de Mexicains.

Ce moment de son discours est devenu viral sur les réseaux sociaux et taurins, qui ont réagi durement contre la candidate et ont appelé à ne pas voter pour elle aux élections de juin prochain.

Peut-être que pour son propre bien et celui de ses aspirations politiques, il aurait pu conserver ce paragraphe et ne plus se lancer désormais dans une polémique inutile, alors que les questions de sécurité, de santé et de paix sociale devraient passer au-dessus de tout.