Le bétail de José Luis Pereda et La Dehesilla dans le deuxième bloc de son émission. La grande tâche d’Andrés Roca Rey, le jour de sa réapparition à Cordoue, à un taureau de Cuvillo dont l’oreille a été coupée, et au musée taurin, ainsi qu’au buste de Diodoro Canoera, de José Luis del Serranito dans son établissement à Arenal, contenu de la semaine.

Dans la nuit d’hier a été émis le vingt-huitième programme de la deuxième saison de ‘RAZA’ sur le site VIDEOTOROS, un espace réalisé et produit par Pablo López Rioboo. Un programme diffusé sur Internet dans http://pablolr89.com/. L’émission est diffusée tous les jeudis à 20h30, et est disponible à la demande sur le site Internet 24h/24, avec les dernières informations dans votre compte. Twitter @razatoros.

Cette semaine, RAZA se rend à nouveau sur les terres de Rosal de la Frontera pour découvrir d’autres aspects des monnaies de Huelva. José Luis Pereda nous montrera la portée de 2021 et nous racontera la vie quotidienne d’une ferme bovine Bravo, ainsi que l’importance de la gestion, les avantages et les inconvénients du COVID et les nouvelles générations dans le domaine Bravo. . Une ferme d’élevage établie dans l’échelle de l’élevage, mais qui est immergée dans de nouveaux défis liés à la vision de l’élevage de José Luis. Il y aura également une section pour la figure de José Luis Pereda, père de l’actuel éleveur, qui a créé le ranch et est un miroir pour sa fille dans l’élevage du taureau recherché à La Dehesilla.

Après avoir quitté les terres de Huelva, nous nous dirigerons vers le cœur de Séville, où nous rencontrerons José Cabeza, mieux connu sous le nom de José Luis del Serranito. Un homme polyvalent et amoureux de la tauromachie. Dans son restaurant de la rue Antonia Díaz, à côté de la Maestranza, il nous montrera son musée taurin, ainsi que le buste dédié à D. Diododo Canorea. Nous apprendrons la raison d’être de ce musée, ainsi que sa vision de la fête taurine. Un self-made-man qui se bat bec et ongles pour faire avancer son affaire, toujours avec la tauromachie comme étendard.

Comme chaque semaine nous irons du terrain à la place. A cette occasion, Cordoue sera le lieu choisi. Nous y profiterons de la réapparition d’Andrés Roca Rey après presque deux ans d’absence dans les arènes espagnoles. Il s’est présenté devant un taureau de Cuvillo et lui a coupé une oreille. Une tâche dans laquelle il a une fois de plus mis en évidence sa dimension de torero.