Le retour aux anneaux de Sébastien Castella, Ce fut sans aucun doute l’un des grands moments de la saison 2023. L’un des toreros français les plus importants de l’histoire, avec un grand impact au cours de sa carrière réussie dans des arènes de grande catégorie comme Madrid. La main droite de Béziers Il s’est retiré du ring en 2020 grâce à une déclaration dans laquelle il a déclaré que ‘Je ne sais pas si ce sera un au revoir définitif ou un à plus tard. Seul le temps aura la réponse. On dit que les toreros ne prennent jamais leur retraite et je crois que c’est vrai. Et 2023 aura été l’année de son retour dans les arènes.

Château Il s’est à nouveau habillé de lumières le 7 janvier à Manizales, dans un après-midi émouvant au cours duquel, malgré les quelques options du cornu, le droitier est sorti sur les épaules. En Europe, il est réapparu le 16 mars dans Valence.

Le 19 mai 2023, le Français retrouve son talisman carré d’un blanc pur, comme s’il s’agissait d’une présentation, et redevient le Roi de Madrid. Une excellente tauromachie naturelle pour décrocher sa sixième Grande porte avec un magnifique taureau Jandilla. Les ventes se rendit à nouveau.

Il est allé voir les médias Château offrir la tâche au public, connaissant l’état du taureau qui avait déjà marqué plus de vie et d’humiliation que ses frères. Le Français commença ses travaux sur le terrain du 7e avec des statues serrées – notamment celles du piton droit -, surmontées de tranchées et naturelles. Le taureau chargé d’excellente qualité, mais avec le courage nécessaire pour arriver sur place.

La tâche était plus grande. Après un bref repos qui lui a permis Château Chez le taureau, la charge gagnait en vigueur et le coup suivant fut le plus retentissant à la main droite, plusieurs coups de muleta s’enchaînaient sur place, la muleta par en bas et le taureau se rendant à elle. Quel taureau ! Et quelle corrida naturelle ! Les fondations de la place craquèrent. Les olés semblaient rauques. Les vrais. La meilleure corrida Château. Trois naturels réduisant l’attaque sur la ligne courbe. La ligne parfaite. L’interrogatoire décrit avec un caractère endormi. Ce tour-là, ils lui ont fait marcher les deux oreilles après une poussée. Unanimité entre les partis.

Avec une saison pleine de triomphes et avec une régularité écrasante dans les lieux pendant les mois d’été, il est venu à France et devint le prince de Séville le 30 septembre. Sébastien Castella Il devient le premier torero français à ouvrir le Porte du Prince de Séville. Un point culminant d’une saison taurine plus tempérée, avec plus de caractère et d’esthétique. Une tauromachie plus emphatique, sans besoin de vantardise, mais sans parfois y renoncer. Trois oreilles pour Château avec deux taureaux avec options Victoriano del Río.

Château Il reçut d’abord dans l’après-midi, un chapeau de Victoriano del Río. Une tâche du moins au plus, dans laquelle les séries étaient d’une grande tempérance et des lignes courbes, dans lesquelles il lui coupait une oreille. Avec un trophée déjà en sa possession, il reçut le quatrième de l’après-midi, un taureau qui rompit avec profondeur et bravoure sur la muleta du Gaulois. Une première série a haussé le ton de la tâche. Avec fermeté, séries longues, traits larges et main basse. Il a enchaîné les béquilles, réduisant ainsi l’assaut du début qui a mis le public sur pied. La meilleure version de Château dans Séville. Le coup lui mit les deux oreilles dans les mains.

Une saison que seul l’échec de l’acier l’a empêché de toucher le ciel de Madrid avec la tâche du taureau apprivoisé Victoriano del Río. Trois perles d’un torero qui est revenu sur les anneaux pour devenir le seul torero à ouvrir la corrida cette saison. Grande porte de Madrid et la Porte du Prince de Séville. Un retour à la hauteur des plus grands.