Le torero vénézuélien, Jésus Enrique Colombo, connecté Les ventes l'une des bandes de banderilles les plus engagées et les plus risquées de ces derniers temps, et il l'a fait contre un taureau de Miura le 19 mai dernier. Les avis des professionnels et des amateurs étaient pratiquement unanimes : « Un coup sur la table des toreros banderilleros », « Une démonstration de puissance et de capacités » et « Un engagement maximal » étaient quelques-unes des phrases avec lesquelles ils décrivaient ce qu'ils avaient vécu dans la ruelle.

Les fortes défaites de 'Fauconnier' Ils n'ont pas intimidé le Vénézuélien qui a réalisé un troisième passionnant, soulevant les supporters de leurs sièges et devant sortir pour saluer une forte ovation au centre de l'arène.

Colombo n'a pas tourné son visage vers le Miura, avec qui il avait déjà réussi Saint Fermín, et il l'a lui-même déjà dit sur ses réseaux sociaux : « Nous nous reverrons bientôt. »