Cela faisait longtemps qu’un torero mexicain n’avait pas marqué ses débuts. Pratiquement Bonjour Il était, jusqu’à son arrivée à la cour des gangs, inconnu ici, car son travail était en Espagne cette année où, du 7 mai au 15 octobre, il s’est produit dans 17 célébrations sans chevaux, totalisant 38 oreilles.

et familièrement Bruno il ne pouvait être autre chose qu’un torero, puisque son père et son frère sont rejoneadores ; ses grands-parents, sa mère et ses oncles, éleveurs centenaires avec Ranch sec.

Hier, il était évident que cela comptait beaucoup, mais sans avoir ce milieu familial, Bruno serait torero, cela ne fait aucun doute. La personnalité qu’il possède, la classe avec laquelle il se bat, le naturel avec lequel il se produit sur le ring sont nés. C’est un jeune homme authentique, à l’intérieur et à l’extérieur du ring. C’est pourquoi hier, sur la centenaire Plaza San Marcos, celle qu’il a visitée la veille pour la rencontrer, a laissé tout le monde sans voix.

Il a fait quelques tâches dignes d’un novillero expérimenté, bien qu’il ait à peine combattu. La taille de ses bouvillons ne l’a pas fait broncher et puis quand il s’est adonné à la tauromachie de cape avec aisance et douceur il a arraché les ¡olés ! de la ponte

Il y avait de l’attente quand dans son premier, un bouvillon noble et bien voyagé, quand il a pris la béquille. Il montra immédiatement cet emballage de torero, bien planté, baissant la main, passant près de l’animal et, surtout, sachant se battre. Ne jamais le lâcher. Une tâche avec profondeur qui s’est terminée par un stoconazo et si le juge a accordé une oreille, le public lui a donné la seconde.

C’était dans le sixième quand il a ratifié toutes les bonnes choses qu’il avait montrées dans son premier bouvillon haché. Il était à nouveau exceptionnellement bien, seulement maintenant aussi avec la confiance d’avoir déjà réussi. Les béquilles rondes, obtenues en laissant la béquille dans son visage, ce qui est indispensable pour les enchaîner. Au final il a fait trébucher trois fois, mais il s’est levé sans regarder ses vêtements, sans faire d’histoires et bien qu’il ait crevé les gens l’ont fait faire le tour du ring puis l’ont applaudi quand il est sorti sur leurs épaules. Il avait déjà sa queue dans le sac. Une performance évocatrice des grandes figures, et très, très prometteuse, pleine de capacité et de personnalité.

Avec Bonjour est sorti sur les épaules aussi Emiliano Robledo qui a coupé les deux oreilles de son second après une tâche où il a combiné le courage, le désir de plaire et aussi la beauté de la tauromachie.

Certains ont voulu comparer les deux vainqueurs, mais rien à voir. Chacun a son style et la vérité est que les deux ont réussi à quitter la place pas de leurs propres pieds.

Bon courage et détermination ont montré dans son premier qu’il lui a donné un coup de poing fort qui l’a envoyé à l’infirmerie d’où il est parti faire un travail avec attitude. La malchance avait le Guadalajara Rubén Nunezun novillero déterminé et désireux de plaire, avec de bonnes manières, une technique et un métier qui lui ont permis hier de résoudre un scrutin qui n’a pas été facile, mais il l’a fait avec soin.

DOSSIER FESTIVAL

Place des taureaux San Marcos d’Aguascalientes. Corrida de la Fête du Crâne. Entrée libre. bouvillons de Montecaldera, de présence inégale. Se distinguant par sa noblesse, en particulier ceux qui se sont battus aux troisième, quatrième et sixième places. Il y avait aussi de la bravoure en eux. La taupe de l’accouchement était la cinquième, très malade. Le bétail François Aldrete Il a fait trois fois le tour du ring à la généreuse invitation de Bonjour Oui Robledo.

Emiliano Robledoà la troisième et aux deux oreilles, avec quelques protestations.

Rubén Nunezau troisième et silence après un avertissement.

Bruno Aloïdeux oreilles et retour sur le ring après avis.

Détails: Des applaudissements ont été donnés à la mémoire de Inés Limon “Les Bigotes” monosabio populaire qui montrait les noms des taureaux dans les deux arènes Aguascalientes et qui a accusé José Tomás dans ce grave goring de “Navegante”. Les subordonnés ont passé un bon après-midi. Gustavo Campos, Alejandro Prado et Angel González ont été accueillis à partir du troisième.