Rafael Valenzuela en a profité pour rappeler que Jerez, une ville d’élevage, subit la plus grande attaque de notre période démocratique contre la tauromachie

La Fondation Culture taurine a organisé une rencontre entre le torero Juan Ortega et les fans le vendredi 10, à la Bodega Fernández Gao de Jerez. La salle de la Calle Arcos était trop petite pour accueillir les nombreux fans venus de l’extérieur de Jerez de la Frontera.

a ouvert l’acte Béatrice Gutierrez, représentant de la Bodega, qui a accueilli et confirmé une fois de plus la disposition de cette entreprise envers le monde de la tauromachie et en particulier avec la Fondation de la culture taurine. Ensuite, son président, Raphaël Valenzuela, a expliqué la raison de la création de son entité et a rappelé toutes les démarches effectuées par elle. Il en a profité pour rappeler que Jerez, une ville d’élevage, subit la plus grande attaque de notre période démocratique contre la tauromachie par le gouvernement local.

Une vidéo a été projetée sur la trajectoire du protagoniste de la réunion, dont la bande originale comprenait le pasodoble « Juan Ortega ». Alors Ana Mestre Garcíapremier vice-président du Parlement andalou et membre du Conseil des affaires taurines d’Andalousie, a pris la parole pour saluer le travail de la Fondation pour récupérer les installations taurines municipales de la ville et déclarer son engagement envers la culture taurine.

C’est ainsi que le torero est intervenu Juan Ortega. Il dévidait sa carrière de torero depuis ses débuts jusqu’à sa performance triomphale le week-end dernier dans la ville madrilène de Valdemorillo. Le format adopté était un dialogue, dont la modération a été confiée à Marciano Breña Galán, critique taurin du journal numérique elMira.es. Ce fut un ravissement pour les participants de voir l’élégance, la cadence et la tauromachie dans les manières de l’invité en répondant aux questions qui lui étaient posées sur sa vie et son métier.

Le délégué du Gouvernement de la Junta de Andalucía à Cadix, mercedes colomboa clôturé l’événement en remerciant le travail de la Fondation et a approuvé la devise « Pour la promotion, la concorde et la liberté de la culture taurine ».

Mª José García-Pelayocandidat du Parti populaire à la mairie, avec le président de la Fondation, ont offert à Juan Ortega, comme détail-souvenir, une assiette faite à la main par Mercedes Narbona de Manual ideas.

L’événement de tauromachie massif a également été suivi par José Maria MoralesChef du Service Jeux et Spectacles, José Maria Gutierrezdirecteur de cabinet du délégué du gouvernement, et Jacinto Ortega père de torero De même, les professeurs Luis Parra Jerezano et Pepe Osuna étaient présents ; les toreros Manuel Vera, Javi Peregrino et Miguel Osorio ainsi que les présidents des arènes Jerónimo Cornejo et Rafael Sestelo, ainsi que les anciens toreros Pedro Chotesco et Paula Soto ; Benito Carral, président de l’Association des anciens élèves de l’école taurine de Jerez, le journaliste Jerónimo Roldán, Agustín Ladrón de Guevara, Pepe Belmonte et des fans comme Jesús Rodríguez Arias qui, avec sa femme, a voyagé de Villaluenga del Rosario, ainsi que les amis français habituels Jean Dupin, Jean Marie Bouscatel, Elena Servide et Michel