On dit qu’environ deux siècles plus tard, un troupeau de Aragón a distribué une éjaculation complète dans Saragosse, à la foire Autrement dit, presque depuis l’après-guerre (l’Indépendance contre Napoléon), les Aragonais n’avaient pas vu un bétail “le leur” sur leur place. D’Agustina de Aragón et les grenouilles. la course de Les mains traité dans cet article, est un événement d’une ampleur sur laquelle nous n’avons pas encore réfléchi. A des lectures pour ériger un monument à Pépé Oui José Luis Marcusello juste à côté du général Palafox. Pour sa signification historique/symbolique, pour avoir choisi l’accouplement Santa Coloma et pour en avoir fait un taureau pour le présent et l’avenir.

La corrida avait différents types, en particulier les deux premiers, avec des corps différents des autres, qui sont sortis à la « Buendía ». Et la corrida était vraiment bien. On est à la volée avec cette coupe qui, tout en perdant son type vers la grande taille, commençait à perdre sa principale marque de fabrique, qui était l’humiliation. Ces taureaux doublés de corps ont commencé à sortir la tête par-dessus le bâton comme s’ils perdaient l’objet, la chaleur. Un défaut, ajouté à d’autres, qui avait laissé “Santa Coloma” prendre du retard dans l’évolution de la tauromachie. Je ne crois pas que les personnages ne veuillent pas se battre “Santa Colomas” ce que je pense c’est que personne ne veut se battre ce qui rend la tauromachie difficile. Que ce n’est pas seulement la bravoure (elle exige) mais l’expulsion au-dessus du bâton de la béquille.

Il y avait un soupçon de cela dans la course, mais peu. Dans un type différent, avec des mains plus hautes, des visages différents, les deux premiers. Un homme d’une grande noblesse et même de qualité, mais dépourvu de cette race qui le rendrait meilleur et, peut-être à cause de son type, peu humiliant. La seconde, la pire. Mais la corrida a jeté trois meilleurs taureaux en type et différents en bien. Ou très bon. Le troisième, un pendentif fait de ce casting, courageux et bon pour ce qui, jusqu’à présent, est la tâche et le combat de la foire entre les mains de Garrido. Il y en avait un autre de grande qualité, le quatrième, très enraciné, exigeant, avec lequel Galván s’est coincé. Le cinquième très maniable et buvable et même le sixième, plus grand et avec des mains plus longues, qui demandait du calibre dans les hauteurs pour mettre son visage “là-haut” avant l’embroque et à la fin de celle-ci. Pour le comprendre, tant mieux. Je veux dire, une belle course.

La construction d’un ranch en Aragon pour la tauromachie au 21ème siècle est une étape historique. Récupérer le type et l’état du Santa Coloma, un travail énorme. Et ne pas tomber dans la tauromachie populiste anachronique du taureau du premier tiers est quelque chose que les toreros, le public et les fans doivent remercier. Tout cela dans une ferme qui va pas à pas, sans sortir sa poitrine, de manière constante et humble. C’est être agriculteur. Et cela fait l’histoire. Espérons que toute cette contribution de personnes qui ont rendu fierté et statut à Saragosse et à Aragon soit prise en compte.