DEUXIÈME TAUREAU

Le deuxième de l’après-midi est sorti, un taureau rouge qui Manuel Escribano reçu sans éclat du fait des conditions du taureau. Il protesta contre le coup de poing alors qu’il montait à cheval. Notaire Il a montré ses grandes capacités avec les banderilles et a excellé, terminant la troisième avec une paire de violon qui a mis le public debout. Il a porté un toast au public et a commencé la tâche médiatique avec quelques passes échangées dans le dos. Le taureau était quelque peu distrait et protesta lorsqu’il s’agissait d’atteindre l’embroque. Il a tiré le Geréna devant un taureau qui ne lui laissait aucune possibilité de se montrer. Il a terminé le travail avec des ballerines. Deux coups et une demi-fente tombée. Il a dû utiliser le descabello pour passeporter le taureau.

PREMIER TAUREAU

Place ouverte ‘Granadino’, un taureau rouge, applaudi à la sortie pour son tour, qui Antonio Ferrera Il l’a accueilli avec quelques véroniques, le faisant descendre des planches. Il a traversé le cheval sans être utilisé dans le tiers des cannes. Tout au long du combat, le taureau lâchait sa tête en passant, ce qu’il maintenait dans la tâche de muleta. ferrera Il a construit la tâche petit à petit, en y donnant son temps et en tempérant l’attaque de l’animal, toujours terne. Malgré cela, basé sur la puissance et la soumission, la tâche est allée plus loin et le droitier a pu sortir des laissez-passer de classe. Fente entière et détachée. Ovation

Feuille de célébration :

arène Cañaveralejo, dans Cali. Dernière célébration du Foire de Cali. Un tiers d’entrée. taureaux de Mondoñedo,

ANTONIO FERRERAapplaudi

MANUEL SCRIBAN,

LUIS MIGUEL CASTRILLÓN,

Incidents : Avant de commencer le Paseíllo, les accords du Hymne national de Colombie et hymne à Santiago de Cali.