La ville de Nîmes accueilli samedi dernier une manifestation massive pour la défense de Tauromachiede la Culture et l’identité du pays gaulois. L’événement a eu lieu avant le début de la corrida à la foire des moissons de la ville et un grand nombre d’amateurs de tauromachie s’y sont rassemblés, contrecarrant une autre manifestation anti-corrida organisée à cette époque qui avait une très faible fréquentation de près de 30 personnes.

Dans la loi, le sénateur du République, Bugoit; l’adjoint au maire de Nîmes, Monsieur le Pasteur; Charpentier, pour les jeunes taurins; un représentant de Club taurin de Nîmes et l’homme d’affaires Colisée de la villeSimon Casas, à la défense de Faire la fête, de la Culture et des traditions.

Dans son discours public à la défense de la Fête, Maisons détruit la fausse supériorité morale attribuée par et aux militants des droits des animaux avec un fait historique. “Le 30 octobre 1940, Himmer, idéologue des camps de concentration nazis, se rendit aux arènes de Les ventes assister à une corrida, mais, finalement, il a quitté la corrida parce qu’il n’aimait pas ça, il s’est même évanoui. Il avait cette sensibilité supérieure que prétendent les animalistes. Il ne faut pas confondre le sadisme avec le fait d’être fan de tauromachie ou de ne pas l’être’tenu.

De plus, il a défendu dans un grand discours les incohérences du discours animaliste en élevant publiquement sa voix pour la Tauromachie. “L’animalisme interdirait aux chats de manger des souris”. Une manifestation qui est venue souligner la valeur culturelle et traditionnelle qui repose sur le Tauromachie dans la partie sud de France.