ETle journal de l’État mexicain de aguascalientes publie dans son édition de ce mercredi que les corridas et les combats de coqs ont été suspendus dans ce Étatdont la capitale, aguascalientesa la meilleure saison de toutes Amérique. Selon les informations recueillies par les autorités, les avocats et les journalistes, cette nouvelle pourrait être une fauxun mensonge. mundotoro a la preuve d’un recours en amparo formé par une personne physique, dénonçant que Académie taurine (école) municipale, Il célèbre les corridas et demande qu’elles soient interdites. C’est-à-dire qu’il n’y a pas eu de procès contre des foires ou des corridas, mais contre de prétendues corridas de cette école. D’autre part, mundotoro a en sa possession une résolution judiciaire datée du 30 juin qui nie cette suspension. Par conséquent, à moins que le quotidien Hydrochaud a en sa possession une demande d’amparo différente et une décision judiciaire provisoire différente, la nouvelle qu’il publie est une « fausse ».

Les faits sont relatés tels qu’ils ont été, -nous insistons, à moins que le journal n’ait des fuites judiciaires dont les personnes concernées ne sont pas au courant- : une personne physique, une femme qui se présente par les initiales MEGR, qui demande l’amparo (suspension provisoire) aux juges pour suspendre les prétendues corridas qui se déroulent dans le Académie taurine (École) dans aguascalientes. Le 30 juin, le Cinquième tribunal de district d’Aguascalientes, REFUSE cette protection (la suspension conservatoire, en expression espagnole). Il y aurait encore deux points de vue à ce sujet. Une le 7 juillet dans laquelle le prévenu doit présenter ses faits (le Académie n’organise aucune corrida. Lors de cette audience, le juge peut entériner ce qu’il a déjà décidé le 30 juin, rejeter l’action en justice. On peut aussi dire que c’est rectifié, c’est vrai. Et tout se ferait au détriment de l’audience du 28 juillet, où se trouverait la mère de l’affaire. Quel droit est violé par une corrida éventuelle ou alléguée de demander protection vis-à-vis de quelle loi ou droit ?

« Les faits sont rapportés tels qu’ils ont été, – insistons-nous, à moins que le journal n’ait des fuites judiciaires dont les personnes concernées ne sont pas au courant – : une personne physique, une femme qui assiste sous le sigle MEGR, qui demande en amparo (suspension provisoire conservatoire) la juges de suspendre les prétendues corridas qui se tiennent à l’Académie taurine (école) d’Aguascalientes. Le 30 juin, le cinquième tribunal de district d’Aguascalientes, REFUSE cet amparo (suspension préventive, en expression espagnole). Il y aurait encore deux autres points de vue là-dessus ‘

tandis que dans Espagne il y a une loi qui classe la tauromachie comme Patrimoine culturel, qui, s’il ne le protège pas, le protège, en Mexique il n’y a pas un tel catalogage. Par conséquent, dans Espagne Les poursuites fondées sur la maltraitance des animaux sont un cas désespéré. Et en Mexique? Ce n’est pas une affaire perdue. D’une part, les lois sur la protection des animaux ont généralement une portée étatique dans ce pays. Et dans la quasi-totalité d’entre eux, les corridas et les combats de coqs sont exclus de la maltraitance animale. Cependant, les prohibitionnistes jouent avec une loi étatique de protection de l’environnement, considérée comme des droits fondamentaux et constitutionnels. Aussi irrationnel que cela puisse paraître, Mexique il y a un procès contre la violation d’un droit à un « environnement sain » pour suspendre les corridas.

Cela a été le cas avec La Place Monumentale du Mexique. Il suffit de déposer la demande d’amparo à l’endroit approprié : un juge lié à la cause, un règlement de compte contre tel ou tel rival politique, et l’amparo est admis. Un esprit européen ne peut pas comprendre que le droit à un « environnement sain » ou à un « environnement sain » comprenne la célébration d’une corrida. Nous pourrions dire que nous comprenons que l’utilisation des taxis dans CDMX C’est une pratique polluante évidente contre « l’environnement » sain et ce n’est pas pour cela qu’il faut l’interdire. Mais nous ne pouvons pas aborder ces questions avec un regard enfantin ou avec une tentative de comprendre à l’européenne. Mexique a ses usages légitimes et ses lois.

Il est surprenant, des deux côtés du doute, qu’un moyen de la catégorie des L’Hydrowarm, propriété familiale Moraux, taurins et sans vergogne mexicains, publient ou glissent par « erreur » ce gros titre en première page. C’est un médium sérieux. Ainsi, même si, comme tout semble l’indiquer, ce que vous publiez L’Hydrowarm, c’est une faux (ce qui sera le cas à moins qu’ils n’aient un autre procès et une autre résolution judiciaire différente en leur possession) que personne ne pense que les cours d’échecs aléatoires, capricieuses, inconstantes et même celles de vendetta ou d’ajustement, incluses dans le droit à un « environnement sain » Ils peut nuire et même arrêter la tauromachie.

Que cela se produise dans la ville où les taureaux et les coqs laissent le plus d’argent apparaît comme un coup dans le temple de l’intérêt général de la État. Parce que c’est une place et une foire (foires) d’un grand potentiel économique. CDMX et son Monumental Il avait dans ses os la faiblesse qu’il avait Barcelone quand ils en ont fini avec elle. Les deux sont fermés. Ce qui est faible et mal géré est susceptible de fermeture. « Des eaux » C’est différent. si je fermais Aguascalientes, le torero mexicain recevrait un missile au milieu de la ligne de flottaison.