« Pour le gouvernement de la Communauté de Madrid, il n’est jamais possible et sous aucun prétexte d’appeler quoi que ce soit lié à la maltraitance de la fête populaire. Le soutien de ce Gouvernement et bien sûr du Centre des Affaires taurines à la fête populaire est fort et incontestable ». De cette manière solide et énergique, il s’est imposé Miguel Abellan, Directeur général du Centre des affaires taurines de la Communauté de Madrid à la polémique soulevée sur le projet de nouveau règlement taurin de la Communauté, en vigueur depuis 1996. « Une polémique inexplicable puisqu’il s’agit précisément d’un projet sur lequel nous travaillons depuis des mois et qui se situe précisément dans la période des allégations avec lesquelles différents points allaient être modifiés, changés, supprimés ou remplacés pour mettre au jour un texte définitif.Expliquer Abellan.

Miguel Abellan détails: « Nous avons eu une réunion avec Georges Fajardo, président de l’Union des clubs de supporters de la Communauté de Madrid ; Avec Miguel Angel Rodríguez qui est le conseiller juridique de l’entité, avec le secrétaire qui est Marco Antonio Carriches et avec trois voyelles : Ricardo Pérez, David Cob Oui Jean-Louis Perez. C’était le 20 ou le 21 septembre, il y a moins d’un mois. Et nous leur avons expliqué le processus, qu’un brouillon allait être envoyé pour présenter autant d’arguments qu’il fallait pour modifier le brouillon et rédiger un nouveau règlement. Nous ne comprenons pas pourquoi ils crient au ciel alors que la procédure leur a été expliquée. Ils étaient au courant de tout.”

En tant que directeur général du Centre des affaires taurines, Miguel Abellan Il a déclaré à ce média : « Le soutien du CAM à la tauromachie et à la fête populaire est incontestable. Nous avons récupéré le Toro del Aguardiente en Miraflores de la Sierra, par exemple. Nous sommes une Communauté et un Gouvernement qui n’ont aucun complexe vis-à-vis des traditions de la fête populaire ». Et clarifie un aspect : “Le texte lui-même parle d’exceptions pour pouvoir célébrer le taureau embolado, enmaromado et toutes sortes de spectacles, toujours avec le soutien et le rapport favorable du Centre taurincomme indiqué dans le troisième article »