Cinquième:

Avec beaucoup d’os et de longues mains la cinquième, qui a tendance à placer le visage sur la cape de Alexandre Talavant. Il se laisse toucher au premier match et est répudié au deuxième coup de poing. Sur la béquille, il a tendance à se fendre avec le python à l’intérieur, bien qu’il lui soit difficile de répéter les fentes. pas de cravate, Talavant un par un, il essaie de baisser la main, bien que la tâche ait du mal à décoller. Muletazos lâches, surtout, dans les champs parallèles et avec les voyages du taureau vers l’intérieur. Cela lui coûte les attaques vers l’extérieur. Laissez une fente habilement du premier coup. Le silence.

Quatrième:

Le quatrième, également avec le fer de La fenêtre du port, court, bien fait, avec un collier. Il met ses mains devant et tombe court sur le cap de maure de Puebla, qui le reçoit avec des ensembles à deux mains sur le dessus. Il met son visage vers le bas et lance le cheval directement dans les deux coups de poing. Deux aidés par haut et un par bas de grande catégorie pour commencer Mauresque de Puebla l’oeuvre. Premier tour dans les champs du troisième. Il lui est difficile de sortir des muletazos, d’échouer et de frapper les hooligans. Le sévillan gagne et perd toujours des marches dans une recherche constante de l’inertie et du python adverse. Il l’a essayé en plusieurs sones avant de “toucher ses flancs”. Laisser demi-longue avec habileté.

Troisième:

avec le fer de La fenêtre du port, long, fin, montant, également étagé de pitons, quoique plus long que le précédent. Mettez vos mains devant et sans vous abandonner dans la réception du cap de Paco Urena à Véronique. Il s’agit de mesurer, de marcher de côté et avec une fente droite. Mansea sur le cheval, s’enfuyant dès qu’il sentit le fer. Le troisième est changé sans recevoir de coup de poing, mais il saigne bien que le taureau reste bien vivant. Il soutient que la vivacité dans les cités au tiers des banderilles, vient également raccourcir les banderilleros au moment de la rencontre. Le combat est compliqué. presser pour Azuquita jusqu’aux planches dégageant quelques défaites à hauteur de poitrine et de dos. Il le jette contre les planches et s’échappe miraculeusement en apprivoisant le taureau. Il se rend à l’infirmerie. Le taureau entier arrive à l’abattoir de muleta.

Commence Paco Urena bas, avec le genou fléchi, portant très longtemps et avec la main basse sur la corne. Dans la première série, l’assaut est très sec et vient de l’intérieur lorsqu’on essaie d’enchaîner plusieurs muletazos. L’assaut a de l’émotion et de la transmission. Pas facile. Le murcien essaie de dominer et de tempérer les assauts avec beaucoup de dévouement et de sincérité, mais le taureau développe un assaut avec le python à l’intérieur, venant de l’intérieur dès que cela est nécessaire. Avalez le naturel Uréna vraiment, en croisant un à un un homme doux avec beaucoup de génie, qui maintient cette mobilité sans démangeaisons. Montez sur la touche de la tâche sur la main droite en exigeant plus du taureau, en gagnant toujours une étape. Cette série accuse le taureau qui perd des révolutions dans la suivante et il lui est déjà difficile de passer. Il est délivré au moment de la fente. Reçoit un fort pitonazo dans la partie supérieure de la cuisse droite. Bientôt, le Murcien atteint la région. Le taureau tombe sans lacet. Mathias il accorde une oreille et le public demande à la majorité les deux, mais le président ne l’accorde pas. Après son retour sur le ring, Uréna va à l’infirmerie.

Deuxième:

Le second est plus fin et avec moins de finition, stratifié avec des pythons et avec plus d’encolure, ce qui n’est pas défini dans les premiers tiers. Il atteint le tiers de la béquille avec beaucoup de mouvement, bien que chargeant parfois avec le python extérieur, surtout après la troisième béquille. A droite, c’est plus franc et meilleur, gagnant en rythme au fur et à mesure que les muletazos se succèdent. La propreté dans les coups, fait que le taureau va mieux et il y a plus de rencontre avec Alexandre Talavant, ce qui laisse des séries de grande hauteur sur la main droite à la fin de la tâche. Laisser une fente allongée qui nécessite l’utilisation du verduguillo. Le public demande l’oreille, dont la demande gagne jusqu’à devenir majoritaire. Oreille.

Premier:

Le premier est grossièrement fait, avec beaucoup d’os, rein droit, petit cou, montrant les extrémités. Il attaque mieux dans les premiers lancers à la véronique de Mauresque de Puebla, puis jette ses mains devant et frappe les gangsters. Le cheval est parti droit dans les deux matches, face cachée, bien qu’il sorte de la punition avec moins de zèle et d’avidité. Maintient la condition de charge avec le python extérieur. Dans la troisième des banderilles, le taureau donne un volantín avant la première paire. le travail commence Mauresque de Puebla bas, imposant sa dominance jusqu’à ce qu’il dépasse le troisième. Le cornu a une attaque brisée, venant de l’intérieur parfois et d’autres, sans embroussailles qui se complètent d’une bonne attaque. avale beaucoup Moran dans la première série, ils sont extrêmement naturels et trempés pour finir les béquilles sous la lame du python et essayer de ne pas toucher la béquille. Il ferme le taureau dans le terrain des tables et caille deux séries très méritoires, attaquant le taureau très sérieusement, très posé et avec sa poitrine. Une série sur la main droite a de l’ajustement et du goût, atteignant beaucoup à la ponte. Bello était la dernière corrida à deux mains. Enterre l’acier du premier coup.

A six heures de l’après-midi, la sonorisation des arènes de Bonnes vues annonce que la célébration est retardée de sept minutes pour des «raisons de transport» qui empêchent Alexandre Talavant arriver à l’heure à la chose.

Feuille de célébration :

Fer de La Ventana del Puerto - EspagnePlace des taureaux Vista Alegre (Bilbao). Septième des corridas générales. Entrée aux deux tiers. taureaux de Port de San Lorenzo et la fenêtre du port (3ème et 4ème),

MORAN DE LA PUEBLA, applaudissements et division.

ALEJANDRO TALAVANTE, oreille et silence

PACO UREÑA, oreille avec forte demande de la seconde.

Incidents : Le public contraint de saluer une ovation à Paco Urenaqu’il a partagé avec ses co-stars, Mauresque de Puebla Oui Alexandre Talavant.