Le deuxième jour du congrès Agroforum, Jaime Lamo de Espinosale professeur Jean Monet et ancien ministre de l'Agriculture, a présenté une conférence-cadre axée sur «Eau, Agriculture, Alimentation et Sécurité Alimentaire». Dans sa présentation, Lamo de Espinosa a souligné l'importance de mettre en œuvre des politiques d'irrigation très efficaces, en particulier face aux projections de la FAO qui indiquent que d'ici 2030, l'irrigation devra augmenter de 20 % pour répondre à la demande alimentaire mondiale, tandis que la production agricole devrait augmenter de 20 %. un tiers.

En outre, il a abordé les défis géopolitiques qui surviennent lorsque les pays se disputent des ressources limitées telles que la terre et l'eau. Ce scénario pose d’importantes complications pour la sécurité alimentaire mondiale et souligne la nécessité de stratégies intégrées qui équilibrent la production agricole avec la conservation des ressources en eau.

A la première table sur les ressources non conventionnelles et les solutions techniques à la rareté de la ressource, présidée par FÉNACOREa abordé les innovations et les stratégies visant à remédier à la rareté des ressources en eau grâce à des technologies non conventionnelles. Miguel Aritiode ACCIONAa souligné l'intégration du dessalement avec les énergies renouvelables, soulignant comment cette combinaison peut réduire considérablement les coûts énergétiques qui représentent jusqu'à 40 % du coût total de l'eau dessalée. Pierre Simonde ESAMURaxé sur la réutilisation de l'eau régénérée dans la région de Murcie, soulignant que 98% de l'eau purifiée est réutilisée, ce qui reflète un exemple réussi de durabilité dans la gestion de l'eau.

Francisco Javier Flores Montoya, pour sa part, a parlé des connexions inter et intra-bassins comme des solutions cruciales pour distribuer l'eau de manière plus efficace en Espagne. Il a souligné comment les infrastructures historiques et modernes, comme le Aqueduc romain d'Albarracín à Cella et le Aqueduc Tajo-Seguraont joué un rôle fondamental pour le transfert d’eau entre les bassins, en s’adaptant aux demandes en eau variées et changeantes du pays.

Le deuxième panel de l'Agroforum s'est concentré sur les pratiques efficaces d'utilisation de l'eau dans le secteur agricole. Christine Clémente, de la Sous-direction générale de l'irrigation, a souligné les investissements du MAPA dans l'irrigation innovante et durable qui contribuent de manière significative au développement rural et à la sécurité alimentaire. Il a présenté des données sur la manière dont l'irrigation en Espagne, bien qu'elle n'occupe qu'un faible pourcentage de la superficie cultivée, produit une part importante des aliments à plus forte valeur ajoutée du pays.

Juan Valero de PalmaPrésident de FÉNACORE, a exploré la collaboration public-privé dans la gestion de l'eau, en mettant l'accent sur les communautés d'irrigants comme exemples d'efficacité et de durabilité de la gestion de l'eau. D'un autre côté, Gabriel SévilleGestionnaire de l'Eau Agricole ACCIONAa présenté comment la modernisation et la transformation numérique dans l'agriculture améliorent l'efficacité de l'utilisation de l'eau, en mettant en avant des projets intégrant des capteurs et des systèmes de gestion à distance pour optimiser l'irrigation et la fertilisation.

Dans le troisième tableau, animé par Miguel Ángel García Turienzo, le double avantage que représentent les eaux souterraines dans le contexte espagnol a été examiné, en soulignant à la fois son potentiel et les défis qui y sont associés. Antonio Alcaide Valero a évoqué l'importance des eaux souterraines dans la Manche occidentale, soulignant leur rôle crucial dans l'approvisionnement en eau et l'agriculture. José Luis Nuñez de MITRE a fourni un aperçu de l'état des masses d'eau souterraines en Espagne, montrant qu'un pourcentage important est utilisé pour l'agriculture et comment cette utilisation intensive a conduit à des problèmes de surexploitation et de détérioration qualitative.

D'autre part, Diego Cobo Serrano a fourni une vision juridique de la gestion des eaux souterraines, axée sur les défis liés au respect des réglementations environnementales tout en répondant aux besoins des utilisateurs. De plus, l'enseignant José Luis Suarez du IÉSÉ a souligné l'importance de solutions durables et innovantes pour la gestion de ces ressources, en proposant une approche plus intégrée pour leur conservation et leur utilisation efficace.

Le Congrès Agroforum s'est terminé par une séance de clôture à laquelle ont participé des personnalités distinguées, réaffirmant l'engagement continu en faveur du développement durable du secteur agricole. Fermín Bohórquez a remercié toutes les personnes présentes, ainsi que le professeur José Luis Suárez, de l'IESE. Pour conclure, Isabel Bombal, directrice générale du développement rural, de l'innovation et de la politique forestière, a souligné dans son discours l'importance de l'innovation dans la gestion des ressources.

La clôture a marqué la fin d'un événement réussi qui a réuni plus de 350 participantsentre experts, universitaires et professionnels du secteur, qui ont partagé leurs connaissances et débattu de nouvelles orientations pour une agriculture plus résiliente et durable.