Aarón Rodríguez, Villita et Miguel Serrano, enverront un confinement d’Emilio Artalejo dans la ville de Tolède à l’occasion des festivités patronales en l’honneur de la Virgen del Remedio

Hier après-midi, a eu lieu une présentation de la traditionnelle corrida que la Peña ‘El Trincherazo’ de Cuerva organise chaque année à l’occasion de ses fêtes patronales. La cérémonie de présentation s’est déroulée en présence des trois toreros du cartel, ainsi que du contremaître du troupeau d’Emilio Artalejo, accompagnés du président de l’entité, Juan Ignacio Cristina et de la maire de la ville de Montserrat Rojas.

Une affiche composée de toreros de Tolède qui sera ouverte par le droitier de La Pueblanueva Aarón Rodríguez. Espada lui-même a souligné les « bons sentiments » qu’il porte après son retour sur le ring lors de sa présentation à Las Ventas, ainsi que les bons souvenirs que suscitent en lui les fans de Corvancha, « un public averti qui sait ce qu’il aime et qui il veut bien voir la tauromachie », ce que Rodríguez a réalisé lors de sa première apparition dans la ville.

Pour sa part, Juan José Villa ‘Villita’ a souligné l’importance pour les municipalités et les clubs locaux de s’engager à organiser des festivités comme des corridas avec des picadores, ce qui « n’est pas facile du tout », mais qui garantit l’avenir de la tauromachie. Le torero de Manzaneque, a révélé qu’il a un nombre important de corridas derrière lui et que, après son double passage par Madrid, on entrevoit un horizon dans lequel l’alternative « est faisable », même s’il a assuré que ce n’est pas quelque chose qui obsède. lui, puisque ce qu’il cherche, c’est « reprendre le chemin des triomphes dans les événements importants » qu’il a réalisé dans les rangs précédents.

La liste restreinte est complétée par Miguel Serrano, qui a fait ses débuts avec les picadores le 1er mai et qui, lors de sa troisième corrida, a réussi à remporter le IIIe Concours taurin de « Villa de La Solana », quelque chose qui « donne beaucoup de moral » et pour lequel la seule recette est la « livraison ». Serrano était satisfait du nombre de corridas dans lesquelles il est classé car « il n’est pas facile d’ajouter des dates dans l’année de ses débuts, et si Dieu le veut, je terminerai avec plus d’une douzaine de paseíllos ».

Pour la nomination, le fer choisi est celui d’Emilio Artalejo, un élevage d’élevage d’origine El Ventorrillo, et qui a examiné un élevage varié de pondeuses et avec des animaux de bonne facture, qui, comme l’a indiqué son propre contremaître, « nous avons une grande confiance qu’il va attaquer ». . Jesús Medina a souligné le travail avec lequel les travaux de terrain sont réalisés quotidiennement avec la volonté que « le jour J à l’heure H, le triomphe du bétail soit le triomphe de tous.

Un acte animé par le journaliste de Tolède Mario Gómez et qui s’est déroulé dans un centre culturel bondé, dans lequel, après avoir découvert l’affiche, une vidéo des animaux a été projetée et une discussion détendue a eu lieu au cours de laquelle le journaliste a permis aux participants d’apprendre en savoir plus sur les protagonistes de l’événement du 10 septembre.