Pour Guillermo Leal (Mexique)

Après le premier jour de ‘vente gratuite‘du billet pour la corrida pour le retour du courageux groupe au Place Mexique Dimanche prochain, les places numérotées affichent complet. Peu avant midi, rares sont les supporters qui se sont approchés des deux billetteries restées ouvertes, l’une au soleil et l’autre à l’ombre, où sont vendus uniquement les billets généraux.

«Je n’ai plus accompli plus qu’un général. J’ai acheté pour ce dimanche, pour les 4 et 5 février, ils me les ont vendus en colis. C’est mauvais pour moi, mais c’est bon pour la fête, car nous savons que la place sera pleine.dit Jacobo Rodríguez43 ans, qui a accepté d’être non pas un fan au sang rouge, mais un corrida que chaque personne qu’il peut va au Des taureaux.

« Je les ai achetés parce que maintenant même mes enfants veulent venir et c’est une bonne chose que les jeunes, à qui dans les écoles et dans de nombreux endroits on raconte beaucoup de mensonges sur les festivités, soient intéressés à aller sur la place. J’aurais aimé les descendre plus bas, mais être là c’est ce qui est important’, ajouta le torero.

Aux alentours de l’arène de la capitale, où dimanche Joselito Adamé sera le torero qui combat à nouveau un taureau après 622 jours de course, puisqu’un homme vêtu de lumières affrontait un taureau, avant l’interdiction capricieuse, il y a des hommes et des femmes qui offrent des billets pour la corrida où la dynastique se produira également Diego Silveti et la grande figure péruvienne Andrés Roca Rey, avec des taureaux Tequisquiapan, bétail revenu entre les mains de la famille de Fernando de la Moraaprès que l’ancien rejoneador l’ait acheté et entretenu pendant de nombreuses années Ramón Serrano.

Il s’agit d’une programmation de luxe qui, parallèlement à l’importante célébration historique du retour de la fête de la brava sur la plus grande place du monde, a suscité une énorme attente, si bien qu’à quatre jours de la fin, les billets ont été vendus dehors.

Sur la page de la billetterie où sont vendus en ligne les billets pour cette célébration, il n’y a pas non plus de numéros. Le mot NON DISPONIBLE, en majuscules et en rouge, apparaît sous la ligne de tous les emplacements numérotés de Le Mexique.

Trois des personnes qui proposent des billets ont été interrogées et ont nié être des revendeurs – « J’avais des restes », « ma famille ne vient pas », « c’était pour un ami, mais il a annulé » – prétendent-ils, mais oui, ils vous proposent billets pour tripler environ son coût à la billetterie.

Par exemple, un premier ticket d’ombre qui coûte 1 460 pesos mexicains (environ 77 euros) est vendu 4 000 pesos mexicains (environ 212 euros). Cette pratique n’est pas exclusive Le Mexiquemais des arènes et des événements taurins, comme celui de dimanche, dans le monde entier.