Talavera de la reine vécu un autre jour inoubliable. L’attente débordante a accroché le panneau “Pas de billets” au box-office et le résultat n’a pas déçu : une tâche pour se souvenir d’El Juli dans un grand après-midi de corrida avec José Maria Manzanares Oui Thomas Rufus. L’épéiste madrilène a remporté le maximum de trophées du quart de Juan-Pédro Domecq, pour lequel ils sont venus demander pardon et ont finalement été récompensés par un retour sur le ring. Travail au sommet de le mois de juillet qui caille une corrida naturelle mémorable. Thomas Roufus il revient impacter sa terre dans deux tâches de concepts différents mais toujours avec l’herbe dans la bouche de celui qui veut régner. deux oreilles erraient José Maria Manzanares, grand travail naturel, avec une bonne série de Juan Pedro Domecq.

le mois de juillet une tâche mémorable a eu lieu dans le quatrième, un grand taureau de Juan-Pédro Domecq pour lequel une grâce a été demandée. Le Madrilène s’est livré à un travail de maîtrise et de plénitude totale, brisant à chaque attaque. On se souvenait des indigènes pour leur tempérance et leur silhouette totalement détendue. Public fou. Deux oreilles et queue.

le mois de juillet marchait une oreille du premier, un noble taureau de Juan-Pédro Domecq qui a été mesuré dans la course. le mois de juillet il a orchestré une tâche d’impulsion et de classe, prolongeant toujours l’assaut dans un combat de sagesse et de maîtrise magistrales. Cependant, une crevaison avant la fente a laissé le prix réduit à une oreille.

deux oreilles erraient Thomas Roufus du sixième, un taureau qui a été compliqué car il n’a pas donné d’attaque et il était très brouillon. L’homme de Tolède s’est jeté sur le chemin du courage, enveloppant ses pythons par la bande de sa sacoche, s’accrochant et exposant beaucoup au moment de l’embroque. Tâche de livraison qui a connecté avec les lignes qui ont chanté la démonstration de valeur de son compatriote. Il a laissé une poussée d’effet de flétrissement.

Thomas Roufus était dès le premier instant très excité avec le troisième, un savon de Juan-Pédro Domecq dont la principale vertu dans sa condition était la noblesse. L’homme de Tolède a commencé la tâche de béquilles sur ses genoux dans une série de main basse, dans un combat modéré dans lequel deux grandes séries de naturels se sont démarqués. La fin de la tâche a rendu les gens du voisinage fous avec le taureau moins. La perforation profonde a tout laissé dans l’oreille.

Bien présenté était le deuxième, de Juan-Pédro Domecq, qui s’est également avéré avoir de l’humiliation et de la classe dans l’assaut. Faena de grande catégorie et dentelle de José Maria Manzanares, qui a touché les sommets de la grande tauromachie jusqu’à ce que le public se lève. Il a souligné la tauromachie naturelle, avec une silhouette décontractée, pleine de classicisme et d’emballage. Il a laissé une fente dans la chance de recevoir et a marché les deux oreilles.

José Maria Manzanares Il a laissé une tâche dédiée avant le cinquième répétiteur basé sur la main droite. C’était une corne de Juan-Pédro Domecq, qui manquait de classe et de caste pour arriver au sommet et l’homme d’Alicante était ferme. Les aciers ont tout laissé sous les applaudissements.

Feuille de célébration :

arène de Talavera de la Reina (Tolède). Corrida pour les Fêtes de San Mateo. Plein de ‘Pas de billets’. taureaux de Juan-Pédro Domecq, bien présenté, sérieux, de bonne facture et un bon jeu dans son ensemble. Il a mis en valeur la salle, nommée ‘Sauterelle’, Le n°254, qui s’est vu accorder un retour sur le ring et qui s’est même vu demander une grâce.

LA JULIoreille avec demande du second et deux oreilles et queue ;

JOSE MARIA MANZANARESdeux oreilles et applaudissements ;

TOMAS RUFOoreille et deux oreilles.

Incidents : les banderilleros Révolte d’André Oui Fernando Sánchez ils ont été démontés après avoir appairé le troisième.