Face à son toro de cérémonie, Marcos se montra volontaire mais sans solution face à un exemplaire de Garcigrande marquant de force et de transmission.

Daniel Luque salua son adversaire par des vibrantes veroniques. Deux piques. À la muleta, l’animal faible éteignit aux fil des séries, l’espagnol en tira le maximum avec un final par luquesinas qui toucha les étagères. L’échec aux aciers ôta une possible oreille.

Le troisième toro de l’après-midi reversa le groupe équestre lors de la première rencontre. Au dernier tiers, Juan Leal démarra tambour battant avec une série genoux au sol au centre de la piste. Le français tira le meilleur de son opposant avec de longs muletazos et de longues naturelles. Grand coup d’épée engagé. Deux oreilles.

Daniel Luque réalisa une faena appliquée face au quatrième toro de Domingo Hernández qui se révéla faible et sans émotion.

Juan Leal se fit fortement accroché par son second adversaire heureusement sans mal. Par la suite, le français va réaliser une faena volontaire arrachant le peu de passe du Garcigrande dans des terrains réduits. Pétition d’oreille non suivie d’effet. Tour de piste.

Le dernier toro de Domingo Hernández se révéla maniable, le jeune espagnol composa une faena qui ne décollera jamais, les meilleurs passages seront sur la rive droite. Échec aux aciers.