Antonio Banuelos a été réélu président du Union Royale des Éleveurs de Lidia. L'éleveur de Bravo a proposé une interview pour Le journal de Burgos dans lequel il montre une vision optimiste de l'avenir de la tauromachie et en même temps critique du soutien qu'elle reçoit des représentants du public. « Les jeunes s'intéressent de plus en plus à la tauromachie. »

« Nous contribuons à hauteur de 140 millions d'euros de TVA par an à l'État. En échange, le ministère de la Culture apporte 60 000', il est dit Banuelos d'une manière énergique. La tauromachie est le secteur culturel le plus puissant d'Espagne, surpassé seulement par un événement sportif : le football. Pourtant, elle est laissée de côté dans les institutions publiques où elle est devenue taboue : « Le Festival est la propriété du peuple, pas des hommes politiques. Il ne sera possible de l'éliminer ou de le supprimer ni au Congrès ni par décret.