Il y a quelques jours, Mundotoro s’est souvenu de la belle œuvre d’art du maître Miguel Espinosa “Armillita” lors d’un festival à Les ventes il y a 30 ans! Maintenant, le public se souviendra de ce que son neveu a fait hier soir, soit dit en passant, le gâté, Fermin Espinosa Diaz de Leon “Armillita IV” dans le Monumental une place qui a été particulièrement dure pour le représentant d’une dynastie aussi importante.

Et c’est que “Fermincito” comme on l’appelle affectueusement était dans FERMÍN, en majuscules, une tâche dans laquelle il a pu démontrer sa quintessence, cet art et cette qualité naturelle qu’il possède. Beaucoup avait à voir avec la magnifique corne de champ royalimprégné de Juan Ignacio Gomez “El Chino” qui il y a deux ans a vendu Campo Real à Ian Espinosa, fils de Manolo Espinosa “Armilla” et donc cousin de Fermín, qui a fini de l’élever.

Ainsi, la classe, la bravoure et la noblesse de l’animal sont à cinquante pour cent entre les deux éleveurs qui ont réussi à donner au bouvillon une lente traînée. Mais un bon taureau n’a jamais été facile à combattre et “Armillita IV” il savait le faire, la main baissée, accompagnant de sa taille des muletazos d’une beauté qui a choqué le public qui n’a eu d’autre choix que de reconnaître le bon torero et la ligne fine de la seule “Armillita” qui continue à fouler les arènes . Hier, tout s’est bien passé, car Fermín, qui a lâché de nombreuses oreilles avec son épée, a exécuté hier un piétinement et pour cette raison, il a remporté une victoire bien méritée.

La première oreille de la nuit avait été coupée au deuxième braquage, Villa Carmela qui est tombé court. “zotoluco” Il était déterminé, le recevant à genoux avec deux longues lanternes. Également à genoux, il a commencé sa tâche comme une béquille dans laquelle il a utilisé son expérience, sa race, le métier et la technique qui l’ont amené à être une grande figure de la tauromachie. La poussée pure valait une oreille et la tâche une autre, mais le juge César Pasteurcontemporain d’Eulalio ne lui en accorda qu’une.

Un autre gagnant a été Juan-Pablo Sanchez. L’homme tempéré d’Aguascalientes s’est bien amusé avec ses deux ennemis -l’un en cadeau- parce que le premier, de Corlomé il était informel dans ses attaques et, malgré cela, Juan Pablo, fidèle à son style, a recherché et, à l’occasion, trouvé cette tauromachie douce, avec une main très basse et la qualité qui le caractérise. Pas content, évidemment, il a donné l’un de de la mûreun taureau noble que Sánchez a combattu comme il se doit, lui laissant la béquille, lui donnant de la longueur et profitant de ses qualités jusqu’à ce qu’il obtienne le triomphe d’une oreille.

Ce qui est bien appris n’est jamais oublié et José Antonio Ramírez “Le Capitaine”fils de “El Calesero”, a montré des détails très élégants dans une tâche courte, mais avec un contenu artistique généreux avec un bon bouvillon de San Isidro.

Michel Aguilar Il a piqué une tâche de bons moments, de tauromachie tempérée et avec la personnalité que lui a permis un noble cornu de Santa Inés.

Alors que le plus jeune du cartel, Alexandre Adameil a jeté la race, l’attitude et le désir avec une corne compliquée de Santa Fe del Campoqui, soit dit en passant, était le taureau le plus sérieux de la célébration, par conséquent, son travail avait beaucoup de mérite.

DOSSIER FESTIVAL

Place monumentale de Aguascalientes. Nuit paisible avec peu de public dans les tribunes. Bouvillons de divers troupeaux, de bonne apparence en termes généraux, mettant en évidence celui de Santa Fe del Campo qu’il était déjà un taureau, en raison de ses haillons, de son âge et de son comportement. Il a souligné la champ royal qui a reçu la traînée lente pour sa classe, sa bravoure et sa noblesse. bon style de Saint Isisdre et très noble Sainte Inès. Corlomé Oui Villa Carmela ils n’ont pas aimé

José Antonio Ramírez “Le Capitaine”ovations.

Eulalio López “El Zotoluco”, oreille.

Juan Pablo Sánchezovation et oreille au cadeau steer.

Fermín Espinosa «Armillita IV», deux oreilles.

Michel Aguilar, ovation après avertissement.

Alexandre Adamepaumes, après avertissement.

Incidents: Après le paseo, des applaudissements chaleureux ont été donnés à la mémoire du médecin Alfonso Pérez Romo. “Le capitain” a donné au fermier Rodolfo Camarena. L’Académie municipale de tauromachie a récompensé les artistes, dont le matador Arthur Macias qui n’a pas pu jouer en raison d’une fracture au pied droit. Il y a eu un spectacle du Children’s Symphonic Band, qui a été un délice, et du State Municipal Band, qui n’a pas manqué d’animer la nuit qui s’est terminée par un feu d’artifice. La barrière était à nouveau rouge et était ornée de motifs issus des broderies du costume taurin, tandis que l’arène, au sable coloré, dessinait une arène. Un travail éphémère réalisé par 12 personnes dirigées par l’enseignante Dulce María Rivas.