ouiet les toreros de la place s’en allèrent, avec un triomphe de Calerito sur le point d’être génial (après-midi complet pour ce torero), et le public s’est rendu compte qu’il n’avait pas de stand de foire où il pourrait apaiser la douleur du “il n’y a pas de billets” sans une fin heureuse. Nous sommes en septembre et nous n’avons pas de foire. Mais il reste les terrasses, les cancans huppés, qui prolongent toujours les après-midi taurins sévillans. Certains le prolongent jusque très tard, tampon de franges à la main. Dans l’autre, la bière. Et dans celui du coussin, son bras est enfilé. Et tout au rythme. Et, avec les heures, avec le carnet demandant grâce et le serveur l’heure, il s’avère que la corrida n’avait pas été si mauvaise. de l’époque victorienne Der Rio. qu’ils étaient dans un moquerie sous le derrio. Eh bien, il s’avère que, sans laisser un taureau de vaches, un lot certain est sorti en bonne et bonne note, celle d’un très intonation Caleritoun autre aux antipodes par sans race, celui de rocher roi. Et, au milieu, un taureau enraciné et exigeant et un autre de moindre qualité : lot de vergers de pommiers.

C’était la corrida de l’après-midi, qui avait fini le papier à la demande de ceux qui avaient moins de chance, rocher roi. Annoncé son alternative au printemps, Calerito marcha sur la place parmi la cause de la foule ensemble, et vergers de pommiersun consentement de Séville. Beaucoup de pression. Mais les choses ont commencé presque en douceur au risque d’un bon taureau, si bien que la corrida tempère les nerfs. Il a relâché la tension dans les ensembles de réception d’un bon armwork et fermement à un taureau de bon type. Corps fort, bon visage et sortie bien définie. Deux ou trois fournées étaient enchaînées par le torero avec aplomb et pari, endurant la vitesse du taureau sur de longues distances, le corps bien calé, boussole ouverte. Courant la main avec solvabilité, avec moins de couplage par le piton gauche, j’arrête de récupérer le bon ton de la tâche dans un autre tour avec la droite. Travail d’un sang-froid remarquable et d’un esprit et d’une oreille immenses bien mérités.

À partir de là, attendre le sixième, en moyenne un retrait par chicuelinas ajusté au taureau de rocher roi, troisième. Le torero ne s’est pas caché, qui avait un autre taureau en bon état dans le sixième. Il a été autorisé à venir dans la longue distance avec la béquille pliée pour enchaîner un tour passionnant par le piton gauche et un autre, toujours à la vitesse du taureau. L’abattage a gagné des nombres entiers plus tard, lorsque le taureau a abaissé le piston et Calerito Il enchaîna trois lots, deux avec le droit et un au naturel lançant les vols au museau, l’envoyant à l’assaut, tout plus lent et plus propre. Ce taureau et le premier n’avaient pas ce temps d’assaut que le grand taureau de Vitorien lorsque la puissance et la vitesse chutent : ce temps passé à moitié avec des attaques aptes à réduire avant de demander l’épée. Mais bons taureaux et triomphe. J’aurais pu couper une autre oreille Calerito au sixième, mais il n’a pas porté chance comme au premier.

vergers de pommiers il marchait comme en boudant à cause du vent/de la brise, ce qui, pour être honnête, ne me dérangeait pas tant que ça, même si c’était certainement le cas parfois. Mais, quoi qu’il en soit, il n’était pas à l’aise avec l’un ou l’autre des deux taureaux très différents dans son lot. Le premier de la race, de la puissance et de la demande, à miser beaucoup sur le python droit et à faire plus de fil à l’intérieur du gauche. Il y avait trois lots liés, deux avec trois béquilles et la poitrine et un autre avec quatre, avec les béquilles centrales de puissance et en bas et longues. Mais la tâche a fait des tables, toujours avec l’écho du public favorable. Séville est plus que vergers de pommiers celui de personne. La demi-fente tendue n’était pas suffisante.

De la classe, la chambre. Ce qui a duré, la classe. Mesuré en yards après avoir laissé un grand lancer par le python gauche, il semblait qu’il était le taureau de ces vingt passes pour mettre les no bills face cachée. A débuté vergers de pommiers comme tester la hauteur, ou la longueur du voyage, ou la trace, ou le vent, regarder les drapeaux. Beaucoup de périphrases entre chaque lot qu’il a essayé, dans une tâche un peu étrange. Parce qu’il n’était pas à l’aise avec un taureau à être. Au moins dans le sens où il n’était pas berger ou gros torse. Le tissu l’a beaucoup fait trébucher dans le deuxième lot et à partir de là, il a froncé les sourcils. Il n’y avait plus de couplage avec la main gauche. Et donc avec environ cinq ou six lots qui n’étaient pas, avec le taureau en moins, passer la course plus pour le temps que pour la tauromachie. Ce n’est pas habituel de voir ce torero comme ça.

le lot de rocher roi si c’était pour les jeter hors du ragoût. Un très accroché au sol, jetant du sable sur le dos sur les planches de départ et qui n’a pas percuté une seule fois. pas même quand rocher roi Il s’est mis à l’endroit où l’on peut donner du tabac, tout près, calé, pour en tirer une demi-douzaine de bonnes béquilles sans écho. Il a abrégé correctement, mais le taureau a couvert sa chance deux fois lorsqu’il est entré pour tuer, puis a laissé l’acier au sous-sol. Le cinquième s’était toujours senti amical avec les tables depuis sa sortie sur la place, mais il y avait une lueur d’espoir quand rocher roi il le sortit au troisième et enchaîna deux lots de dentelle et d’aplomb, lentement tirés et dessous, dans lesquels les olés crépitaient. Un mirage parce que le taureau a commencé à aller au mur encore et encore, le torero l’a sorti, le taureau revient encore. Cette fois, il le tua d’un coup d’épée d’en haut, presque appuyé sur des planches tant le taureau était fissuré.

Feuille de célébration :

arène de La Maestranza Royale de Cavalerie de Séville. Deuxième corrida de la Foire de San Miguel. Plein de ‘pas de billets’. taureaux de Rivière victorienne, de bonne facture, de typologie variée et de comportement disparate. Le brave premier, le second pour le python droit et le noble sixième se sont démarqués. Très enraciné la pièce tant qu’elle a duré. Sans options l’impossible le troisième, très affligé le cinquième.

JOSE MARIA MANZANARES, ovation après deux avertissements et silence après avertissement

ROI ROCK, silence et applaudissements

JUAN PEDRO GARCIA ‘CALERITO’qui a pris l’alternative, l’oreille et le silence après avertissement

stressé à cheval Paco Maria Oui Manuel Jésus Ruiz. Ils saluaient en banderilles Antonio Manuel Punta, Daniel Duarte, Antonio Chacon, Luis Blazquez, Mambru Oui ébrécher.