ETl Juillet a donné la mesure et la dimension de la figure de la corrida qui est le grand jour de San Antolín de Palenciaoù il a ouvert la Puerta Grande après avoir coupé deux oreilles d’un lot gérable de Montalvo, qui a été laissé bien que sans se casser. Il a dû couper une oreille au troisième, qui ne marchait pas à cause de son échec aux épées, et deux au sixième à cause de la fermeture de la boîte Thomas Roufus, qui a fait preuve d’une attitude, d’une ambition et d’une foi formidables avec son lot, notamment celui qui a fermé la place, que personne n’a vu, et celui qui a fini par lui couper une oreille avec une demande très forte du second, en colère contre la boîte incluse. vergers de pommiers, Peut-être avec le meilleur lot, très courageux, exigeant et enraciné le second et avec un bon python droit le cinquième, peut-être n’a-t-il pas eu son après-midi.

De belle forme, court, étroit aux tempes et “agréable” au visage, l’alezan fut d’abord noble et se laissa brimer avec la cape. le mois de juillet il l’a bien lancé et a toujours gagné du terrain vers le milieu de terrain, terrain où il a terminé et terminé avec une moitié de véronique. Il comblait le cheval et avait de la mobilité dans les banderilles. Il a commencé la tâche en surplombant sans se corriger les pieds joints par le python droit, le côté où il a eu un bon début de muletazo mais il a manqué la fin et est également allé moins petit à petit. Il y avait de la liaison et de la propreté dans les trois premiers tours avec la main droite et avec la gauche le taureau raccourcissait le trajet et avait pire embroque. Continu le mois de juillet sur la droite raccourcir les distances pour profiter de ce court voyage du taureau. Moulinets au centre du ring lorsque le taureau menaçait de se fendre. Fente arrière. Oreille.

La quatrième, qui avait la plus jolie, la première, avait le visage le plus sérieux. C’était maniable, et comme toutes les corridas, ça montrait de l’âge, car ce n’était pas vraiment cassé vers l’avant, et bien qu’il ait été laissé et ait des vertus, comme la noblesse et la fixité, il lui manquait une vraie cassure dans la béquille. Il était essentiel qu’il tombe entre les mains de le mois de juillet, qui lui avait donné une fête formidable sur la béquille et avait donné le travail au fils de vergers de pommiers, qui a assisté à la célébration à une barrière. Le Madrilène l’a parfaitement compris, en hauteur, en distance, en touches toujours fortes, et il l’a très bien enchaîné, toujours avec sa main droite avant tout. Il s’est battu pour la condition du taureau avec une grande précision et justesse auprès d’un public de plus en plus impliqué dans la tâche. Il a tiré une ressource qu’il n’a pas l’habitude de faire, face à la galerie au bout de la frette. Fente arrière très efficace, qui fait rouler le taureau sans lacet. L’oreille et même une partie du public réclamaient la seconde.

Le sixième qui a bien chargé mais très juste de race avait de la noblesse qui a commencé à jeter ses mains et à faire face à celui qui avait beaucoup de foi Roux. Il a dû beaucoup le chouchouter et lui donner tous les avantages de Rufo, qui a fait un boulot de plus, crescendo. A mi-chemin de la tâche vers l’avant, il a commencé à enchaîner les cols avec une grande modération. Lorsque le taureau a perdu ce défaut, au lieu de le lier parce qu’il ne pouvait pas le presser, un par un, en lui donnant un temps, il a frappé le meilleur tour de l’après-midi avec son pied gauche et un autre avec son droit, très bon. Le meilleur est venu dans la dernière ligne droite d’un long travail très bien construit et avec beaucoup de foi. roux Il avait une grande confiance dans le taureau que personne n’a vu. Stoconazo ci-dessus a rebondi sur le python. Oreille avec demande très forte dès la seconde et colère à la caisse.

Le troisième avait romain, même s’il était bien fait, bas qui fermait le visage, avec classe et qualité mais avec peu de puissance et peu de race. Il a essayé de combattre Veronica très lentement. Le taureau l’a laissé frapper trois bons sets, avec grâce. L’abattage devait être mesuré, vu l’état du taureau, de qualité mais manquant de puissance et de race. n’a pas abusé roux dès le début de la tâche avec deux passes très nettes et un très bon changement de main et de poitrine pour l’emmener au milieu de terrain. Ensuite, deux lots avec le droit de grande excellence et un autre avec le gauche déjà avec moins de lien et ligne épurée, accrochant aux vols avec un super concept. Quand il a commencé à craquer, il lui a donné trois circulaires sur les planches. Je lui aurais coupé une oreille s’il n’avait pas été piqué six fois et qu’il a dû être piqué deux fois. Silence après avertissement.

Un autre cinqueño avec un départ “désordonné” et qui n’était pas clair dans les banderilles était le cinquième. Parfois, il semblait perdre son zèle avec son visage vers le haut, mais c’était un taureau qui récupérait ce zèle grâce au python droit s’ils le combattaient par le bas. Plus la course est faible, meilleure est la charge. la tâche de vergers de pommiers il est resté pour ce python avec un certain intérêt, alternant certains avec de bons coups et d’autres moins serrés. À travers le python gauche, le taureau semblait venir comme une croix. C’est là que c’était pire. Demi fente arrière et jonchage pour une ovation. Peut-être s’était-il coupé une oreille.

Le second était un autre taureau de presque cinq ans très bien présenté. Bas, cuillère et qui fermait un peu le visage. Il appuya sur la sortie sur la capote et s’en servit dans bravo les bâtons en coup de poing. Un taureau très enraciné et courageux. Et aussi exigeant, pouvoir. Un taureau d’assaut passionnant auquel Manzanares a fait un long travail dans lequel il a entrecoupé des phases de commande et de bonne tauromachie et d’autres avec une ligne plus terne. Le taureau a demandé tout ce qui est en dessous. Il a commencé avec beaucoup de vitesse et de puissance, lâchant son visage à la fin des passes, mais c’est un taureau qui a amélioré ce défaut, passant derrière les vols de la béquille. La tâche restait dans le no man’s land. Taureau exigeant en enracinement. Fente arrière et couché et pilonnage. Applaudissements après avertissement.

Feuille de célébration :

arène de Palencia. Troisième de la Foire de San Antolín. Entrée aux trois quarts. taureaux de Montalvo, gérable premier et quatrième; courageux, exigeant et enraciné le second et bien sûr par le piton droit le cinquième ; avec classe et qualité mais avec peu de puissance et peu de race la troisième et noble et juste race mais reconnaissante la sixième.

LA JULIoreille et oreille à la demande du second ;

JOSE MARIA MANZANARESovation après avertissement et ovation ;

• THOMAS RUFOsilence après avertissement et oreille avec demande très forte du second et colère à la boite.

Détails: Fernando Sánchez il a été démonté après avoir couplé le troisième et le sixième.