6ème JOKER, n°60, ruban noir, né le 19/07, pesant 597 kilos, du haras Garcigrande, pour Fernando Adrián.

Plus grossier de fabrication, avec du volume, des basses et avec un manche en fin d'après-midi, à celui qui reçoit Fernando Adrien par verónicas dans lequel le taureau montre une bonne embroque. Il recherche les seins du cheval lors de la première rencontre et est utilisé lors de la seconde. Il maintient sa bonne condition lors du tiers de banderilles, attaquant avec classe. Offrez le taureau au public.

Muleta : Un début de tâche plein d'émotion au milieu à genoux avec quelques passes changées par l'épée et une série de mains droites liées dans lesquelles le taureau répond avec classe. Il donne de la distance au taureau pour qu'il puisse galoper et il le combat avec sa main droite, en exigeant l'animal par le bas et en frappant avec la main droite. Le plus gros du travail passe par le piton gauche. Le taureau charge avec le piton à l'intérieur et dispose de transmission et de déplacement. Fernando Adrien Elle réunit deux séries naturelles pleines de profondeur et de tempérament. Il s'attaque à l'épée au moment où la tâche est la plus intense. Il termine la tâche avec une finale par des passes génuflexes par le bas. Cela laisse une vilaine crevaison et le tue au deuxième essai. Oreille et grande porte. Ovation dans la traînée pour le taureau.

5º PISTOLERO, n° 164, ruban noir, né le 19/07, pesant 547 kilos, du haras Garcigrande, pour Sebastián Castella.

Hautes en aiguilles, rondes, anguleuses et présure le quart d'après-midi. Un autre taureau qui montre une force mesurée depuis son départ, et qui l'augmente pendant le tiers des cannes, perdant les mains à plusieurs reprises et soulevant les protestations du public. Grand combat José Chacon, prendre soin du taureau face à ses conditions dégradées.

Béquille : essayez Château soigner et tempérer les attaques d'un animal qui a de la noblesse, mais qui perd facilement les mains. Des protestations éclatent parmi les supporters, qui demandent de la brièveté, tandis que le torero demande de la patience. Il essaie de prendre des séries courtes mais cohérentes à deux mains, mais le taureau n'y parvient pas et semble affligé. Fente détachée.

4º LIMONERO, n° 132, ruban noir sablé, né le 19/02, pesant 546 kilos, du haras Garcigrande, pour Fernando Adrián.

Bécasseau python bas, avec des formes de type maison, auquel Fernando Adrien reçoit pour les tabliers. Le taureau se révèle très faible en force. La punition est mesurée et n'est pas appliquée au cheval. Il s'est blessé à la main avant droite à la sortie du deuxième coup de poing et a perdu ses mains à plusieurs reprises lors des troisièmes banderilles, ce qui a accru les protestations sur les lignes qui demandaient son retour.

Muleta : Les protestations se transforment en clameur au début de la tâche, car le taureau, blessé à la main droite, tombe plusieurs fois au début. Il l'essaye sur les deux pitons Fernando Adrien, mais le taureau ne le peut pas. Fente entière. Silence

3ème HOLLANDER, n°65, ruban noir, né le 19/01, pesant 536 kilos, du haras El Pilar, pour Sebastián Castella.

Le troisième, un patch de Le pilier, C'est un taureau grand, large aux tempes, long comme des pitons, avec lequel Castella commence à corrida comme Véronique sans aucun problème. Poussez sur le piton droit lors de la première rencontre avec le cheval et cherchez les seins du cheval lors de la deuxième poussée. Il montre une attaque courte et terne sur les capes de combat. Il est démonté José Chacón après avoir laissé deux bonnes paires de drapeaux.

Béquille : Commencer la tâche Château avec quelques passes avec le genou semi-fléchi par le bas dans lesquelles le taureau laisse latentes sa force mesurée et son attaque courte. Essayez la main droite de Béziers mesurez les hauteurs pour que le taureau ne perde pas ses mains, mais il a déjà adopté une attitude plus défensive dans ses attaques qui empêche le torero de se montrer. Crevaison et à la deuxième tentative, fente arrière et chute. Il achève le taureau d'un coup de bourreau.

2e NOON, n° 118, noir, né le 19/11, pesant 586 kilos, du haras Garcigrande, pour Fernando Adrián.

Reçoit Fernando Adrien à deux heures de l'après-midi avec quelques lanternes agenouillées. Taureau de bonne présentation de par sa petite présure, par rapport au premier de l'après-midi, court, avec un cou. La punition se mesure sur le cheval au peu de puissance dont dispose le taureau, ce qui provoque une multiplication des protestations. Confère la tâche au L'infante Elena.

Muleta : Cela commence par quelques premières passes dans le dos au cours desquelles le taureau perd ses mains. Cherche Fernando Adrien la corrida ronde contre un taureau qui a de la noblesse, mais qui est très faible en force et perd continuellement ses mains, ce qui suscite une fois de plus des protestations dans les tribunes. Il montre une meilleure condition pour le piton gauche, pour lequel le droitier madrilène sort des naturels longs et élégants, exigeant l'animal par le bas. Un tablier final d'une grande exposition avec des passes rondes et des changements par derrière qui atteignent les lignes. Terminez la tâche avec des bernadinas. Il se redresse très droit et part avec une bonne fente. Oreille.

1er CHAMPANADO, n° 101, rouge dégoulinant, né le 18/11, pesant 529 kilos, du haras Garcigrande, pour Sebastián Castella.

Ouvrez le Exécution du Charité un taureau sérieux, bas d'épaules, long et montrant ses pelles, froid et lâche au départ, qu'il montre en cape de Château bonnes conditions, pilonnage avec classe avec le piton à l'intérieur. Il est à peine puni dans un tiers des verges. Un premier coup de poing dans lequel il est utilisé et une seconde rencontre dans laquelle l'animal se laisse frapper. Retirer Fernando Adrien par des tafalleras de belles lignes. Réplique Château par les chicuelinas et les tafalleras, dans lesquelles le taureau maintient une excellente qualité lors de la charge. Beau combat Rafael Viotti. Offrez le taureau au L'infante Elena.

Béquille: Sébastien Castella Le taureau est sorti médiatiquement dans une série exigeante et tempérée, dans laquelle l'animal transmet beaucoup de qualité dans ses attaques, notamment à travers le piton gauche. A ce début, l'excitation de la tâche demeure, puisque le taureau échoue dans une première série sur la main droite. Le droitier français mesure les temps pour donner de l'oxygène à l'animal, qui maintient sa classe, mais s'effondre très vite. Il termine la tâche à proximité, provoquant l'animal et sortant les béquilles lâches. Il devient difficile de tuer et perce du premier coup, sonnant un avertissement. À la troisième tentative, il laisse tomber une fente. Ovation pour Château et pour le taureau dans la traînée.

Feuille de célébration :

Fer Garcigrande - EspagneFer d'El Pilar - EspagneFer d'El Pilar - Espagnearène Las Ventas, Madrid. Course caritative. 21 834 spectateurs. taureaux de Garcigrande et Le pilier (3ème),

SÉBASTIEN CASTELLA, ovation après avertissement, silence et silence

FERNANDO ADRIEN, oreille, silence et oreille

Incidents : La Infante Elena présidé le Course caritative depuis le Boîte Royale. Le banderillero a été démonté José Chacón après avoir correspondu à la troisième de l'après-midi.