Guillermo Leal

Ce qui est un fait, c'est que Antonio Ferreradésobéissant aux instructions médicales, s'est rendu à Lion ce matin se battre, se battre, c'est la seule chose qui inquiète le maestro espagnol. Au final ce n'est pas une, mais deux trajectoires de quatre pouces au mollet qu'il a subies hier soir à Monterey le droitier espagnol, comme l'explique le médecin Rodolfo Florès qui dirige l'équipe médicale de la Sultana del Norte.

« En tant que médecin, j'ai demandé Antoine qu'il ne ferait pas de corrida aujourd'hui. Même s'il est vrai qu'il n'y a pas de blessures aux vaisseaux ou aux os, il y a un risque d'infection, car finalement il y a deux trajectoires que nous avons trouvées à l'hôpital, une de plus de dix centimètres et quand il a allumé la corne du taureau, un en bas encore dix centimètres qui passaient à quelques millimètres de la veine saphène externe. Depuis que nous l'avons vu, il nous a conditionnés à ce qu'il se laisse soigner sans la moindre possibilité de négocier qu'il combatte aujourd'hui à León. Et face à la décision d'un torero, il y a peu de circonstances qui nous permettent d'agir normalement.

« Il est de bonne humeur, la blessure n'est pas ouverte, même si dans ce cas nous aurions dû laisser un drain, mais sachant qu'il n'allait pas arrêter de se battre, la seule chose que j'ai faite a été de demander du soutien à l'équipe. Chapitre Mexicain de Chirurgie Taurine à Leónafin qu'ils puissent le vérifier avant le combat et voir que tout, dans ce qui recouvre une blessure, qui à la fin a 20 centimètresil le permet'a rapporté, par téléphone, avec gentillesse et beaucoup de clarté, le Dr Flores, qui ne dormait pas, et qui a fini de s'occuper du torero espagnol vers quatre heures du matin.

Paco Olvera, son homme de confiance ici au Mexique, a rapporté qu'en sortant de l'hôpital à deux heures du matin, Antonio s'est rendu à l'hôtel pour se reposer et à cinq heures du matin ils sont arrivés à l'aéroport. 'Bien sûr, nous lui avons suggéré de suivre ce que nous suggéraient les médecins, qui lui ont accordé une attention particulière, mais Antonio, qui est un professionnel, nous a dit qu'il était venu combattre à Monterrey et à León et que il ne reviendrait pas sans l'avoir fait. Nous voyageons et ici nous faisons ce qui nous correspond, et il fera son truc l'après-midi dans l'arène.» expliqua Olvera.

Il y a une bonne ambiance pour la corrida de cet après-midi au cours de laquelle ferrera en tête de l'affiche en l'honneur de la Vierge de Lumière, accompagné de Sergio Florès et la queretana Paola San Roman qui fera ses débuts sur cette place, avec des taureaux de Begoña, une ferme d'élevage qui, hier soir, a permis le triomphe d'Antonio, celui de « El Chihuahua » et un spectacle varié et intéressant de « Zapata ».