Guillaume Leal

Il l’admire depuis qu’il a pris conscience de la tauromachie, mais il ne l’a pas rencontré personnellement.
Cependant, dimanche, sur la Plaza de Acho du bicentenaire, à Chaux, Péroul’aura très proche, et comme peu d’autres : le parrainant dans son alternative, ni plus ni moins.

« Je n’ai pas eu l’occasion d’être très proche de lui. Je l’ai vu depuis que je me souvienne. J’essaie d’apprendre de lui et oui, je l’admire beaucoup”a dit Arthur à l’arrivée à Chaux Hier soir, par téléphone.

gilio l’aura comme parrain de l’alternative dont témoignera une autre figure, Andrés Roca Reyavec trois taureaux de Le port de San Lorenzo et trois de Saint Pierre.

“Je n’ai pas eu la chance de le rencontrer. Je me souviens quand je suis allé me ​​battre Donjon au colisée (Centenario, enceinte qui a précisément construit son père le matador Arthur Gilio), Je l’ai vu et il était et est pour moi comme un super héros et j’avais même peur de m’approcher.

« Il me donne beaucoup de respect en tant que figure historique de la tauromachie. Quand le professeur a pris l’alternative, je n’étais pas né, alors imaginez !, me donnant l’alternative et sur une place où il a eu des performances très importantes “a conclu le jeune torero mexicain.

Au fait, il y a quelques heures une vidéo des siens a circulé sur les réseaux »Juillet» qui atteste de la mort malheureuse de quatre taureaux qui seraient combattus dimanche à Lima, lors du trajet de Espagne au Pérouet faire taire les bouches qui voulaient déformer la réalité, en disant que l’homme de Madrid se retirerait du cartel et qu’Antonio Ferrera le remplacerait.

Rien de plus éloigné de ce qui se passera alors julien confirme que dimanche il se produira dans Pérou.