ETje corrida C'est synonyme de goût. Aimer c'est toreros et le taureau Il faut avoir du goût dans le travail. Il corrida C’est le seul endroit où le goût ne se divise pas en deux, le bon goût et le mauvais goût. Vous l'avez ou vous ne l'avez pas. Comment vous êtes drôle ou pas, comment vous avez de l'art ou pas, comment vous avez un emballage ou pas. Mauvaise chose si corrida vous le perdez, le goût. La vision de toreros mal habillé, utilisant un langage entre nouveau et horrible (surtout dans les environnements des les toreros, à qui on parle avec des phrases et des termes absolument ridicules et qui ne font pas du tout de la tauromachie) et la perte du goût pour la tauromachie est déjà courante. taureau avec exécution Il taureau typique, harmonieux, beau, celui aux mains courtes, au bon cou et au profil sérieux, avec des branches et des berceaux à relever et corridas avec les vols de la béquille.

On peut comprendre qu'en cette période de disette, les corridas ne se répartissent pas uniformément dans les lots, et qu'un taureau plus petit ou juste et même un taureau de plus au-dessus des mêmes arènes sautent dans l'anneau d'une arène avec des critères exigeants. Mais le taureau pas moche Il taureau Il a peut-être un déficit parce qu'il est petit, mais pas laid. Au fil des chiffres, nous constatons de plus en plus la taureau moche, il taureau insipide. Visages ouverts, mains fines, dos droit, cou caché, cariavacados ou lavages du visage. Qu'il en sorte un par lot de six, bien ; mais qu'il en soit ainsi un par un n'est pas acceptable. Ce n'est plus un cas isolé taureau insipide, et a cessé de l'être dans de nombreuses affiches de personnages. Et les jours clés.

« Si nous retrouvons le goût dans taureau et dans ces choses dont on parle Taureaux et parler à les toreroset parle bien de Taureaux et précisément dans les rassemblements et les cafés, nous éduquons ces milliers et milliers de jeunes qui commencent à aller au Les taureaux

Celui de Dimanche de Pâques dans Séville C'était une course de cette ampleur. Et c'est ce qui s'est passé et cela arrive avec Taureaux de différentes vaches et fers postin. Nous connaissons la rareté de taureau, Mais, logiquement, l'éleveur, lorsqu'il s'agira de se débarrasser des têtes, aura gardé le meilleur, y compris la main d'œuvre. On pourrait dire qu'il y a un manque de taureau en tant que tel, mais pas le goût en présence du taureau. Dans son type ou sa fabrication. La quantité est une chose, la qualité en est une autre.

Le taureau typé et bien fait est un bonheur à voir. Le même que lui torero bien habillé tressant la promenade. Ensuite il attaque ou pas, mais, proportionnellement, celui qui a la meilleure vision a plus de raisons d'attaquer que le laid. Laid. Le mot lui-même le dit. Et le corrida C'est l'antithèse du laid. Laissez sauter les laides génisses, elles ont un laissez-passer. Il y a une pénurie et c'est un animal qui n'est pas fabriqué et qui ne convient pas taureau. Qu'ils se lancent dans les corridas avec la saison avancée, aussi et d'autant plus si le toreros ils ne peuvent pas choisir. Mais c'est curieux de voir à quel point les éjaculations de bon goût sont vues dans fermes d'élevage moins demandés, tandis que les plus demandés disposent parfois d'un escalier en colimaçon.

Il corrida ne peut pas perdre le goût qui, comme pour le taureau, né à la campagne. Et il est inacceptable de le perdre là où ce goût a toujours été valorisé et même exigé : Séville. Depuis de nombreuses années, ils disent que Taureau de Séville Certains disent que ça n'existe pas. Et c'était le seul qu'en fermant les yeux, vous imaginiez sans surprise, idéal, harmonieux, plein, mais pas plein en ronde-bosse, sous la croix et les aiguilles. Si l'on retrouve le goût dans taureau et dans ces choses dont on parle Taureaux et parler à les toreroset parle bien de Taureaux et précisément dans les rassemblements et les cafés, nous éduquons ces milliers et milliers de jeunes qui commencent à aller au Taureaux. Ce n'est pas le hip hop ni le reggaeton ou peu importe comment on l'appelle. C'est le C'lui corrida, le seul endroit au monde où le goût n'est pas divisé en bon ou en mauvais. Vous l'avez ou vous ne l'avez pas et vous l'avez.