La Foire de Pentecôte de Nîmes C'est grâce aux événements qu'un point important de la saison s'est terminé avec un score exceptionnel. Une belle réussite. 62 000 spectateurs ont parcouru le Colisée en cinq jours, enregistrant au box-office un « Pas de billets » et trois salles combles. Un équilibre important dans une révolution économique de la ville.

Mais au-delà des données, ce qui s’est passé dans l’arène a également une grande influence. Ainsi, la réapparition de Enrique Ponce concentré sur la journée de vendredi, où le gagnant était Alexandre Talavante dans une confirmation avec l'empreinte de David Galvan. L'un des noms de la foire a été Sébastien Castella. Les Gaulois ont réalisé deux Paseíllo consécutifs qui, grâce à une corrida coûteuse, d'une grande esthétique et d'un grand esprit, bien exécutés, ont rendu justice à deux Puertas de los Cónsules. On restait sur le bord de l'acier.

Pas comme ça Thomas Rufoqui devint consul pour la première fois après une grande tâche confiée à un brave taureau de Victoriano del Río décerné avec le retour de la bague. Un sur quatre accordé. L'autre taureau – puisque le prix posthume était également décerné à un bouvillon et à un étal – provenait du ranch de Fermín Bohorquez. Avec celui de Murube, Diego Ventura Il a mis en place une tâche inoubliable, en parcourant ses deux oreilles et sa queue. La race Lea Vicens ne manquait pas, qui marchait deux oreilles lors d'une matinée importante. Une foire qui s'est terminée par une grande corrida Vierge Marie qui avait neuf oreilles coupées. Quatre Juan Leal- gagnant numérique du salon – et trois Solalito, tandis que Fernando Adrien Il frappa de nouveau la table en signe de triomphe et lui coupa deux oreilles.