Guillermo Leal

Deux des toreros préférés du Place Mexique, deux des personnages historiques de leur arène, Enrique Ponce et Julián López « El Juli » -tous deux actuellement à la retraite- sonnait constamment comme un désir du public de les voir aux célébrations de réouverture et bien qu’ils brillent par leur absence, ils restent dans les plans du Arène des Insurgés, a assuré son directeur opérationnel Mario Zulaïca.

‘Les monsieurs Baillères et Sourd, qui sont les hommes d’affaires, ont travaillé dur pour offrir au public des affiches attrayantes pour le retour à l’activité taurine et ils se sont entretenus avec les principales personnalités taurines, notamment avec Enrique Ponce et Julián López ‘El Juli’, qui font partie de l’histoire de cette place’a-t-il assuré Zulaïca et ajouté: ‘Maquereau a un contrat signé pour réapparaître dans Espagne, et les contrats sont respectés ; et ‘Juillet’ Il a pris la décision de prendre sa retraite alors que la place était encore fermée et qu’on ne savait pas si elle pourrait rouvrir prochainement. C’était très difficile pour eux deux de ne pas pouvoir être là en ce moment, mais je suis sûr que leur temps s’adaptera et qu’ils se battront sûrement à nouveau. Les discussions sont ouvertes avec tout le monde et plus encore lorsqu’il s’agit de deux personnalités qui ont marqué une époque dans le Place du Mexique.

Même s’il a été dit que l’entreprise était apparemment passive face au problème de suspension qui existait depuis mai 2022, la situation à l’intérieur était très différente. « L’entreprise n’a jamais perdu patience, c’était la clé, en plus de maintenir le respect des délais et des formes établis par les autorités pour arriver à ce jour où nous pouvons annoncer les plans de réouverture de la place qui est fièrement la plus grande du monde. monde. Les monsieurs Sourd et Baillères Ils ont travaillé avec insistance et sérieux pour parvenir à ce qui est aujourd’hui une réalité, à savoir que les taureaux reviennent au Place Mexique qui, d’ailleurs, est resté ouvert à d’autres spectacles qui ont contribué à son maintien et à sa pérennité.signalé Zulaïca.

Le fait qu’il y ait une corrida dans le cadre des célébrations du retour de la fête à Le Mexique parle de l’intérêt qu’il y a à soutenir de nouvelles valeurs. « Bien sûr, il y aura des corridas tout au long de l’année. Il est essentiel que les toreros qui débutent aient la vitrine pour montrer ce qu’ils accomplissent dans d’autres arènes et forger leur carrière. Il s’agit d’une série de célébrations inclusives dans lesquelles les rejoneadores, les femmes, ont un rôle fondamental, et si nous demandons le respect des libertés et de l’inclusion, nous ne pouvons pas rester indifférents à cette question.a-t-il prévenu.