Ça va Borja Jiménez à la porte de la porcherie avec un vent qui l'empêche de contrôler le vent. Après la gayola, les médias sortent pour les tabliers et les chicuelinas. Un taureau sérieux et très harmonieux, court de mains, avec un cou. La punition se mesure au premier coup. Humiliation dans le plastron. Le taureau est lancé droit, au galop, au deuxième coup de poing. Retirer à travers des saltilleras et une revolera Roi Rocher. Présentez-vous rapidement à tous les rendez-vous. Galopez en rythme. Il marque son désir vers le terrain de l'enclos des releveurs, laissant libre cours à sa volonté. Fournit Borja Jiménez au public.

Sur la béquille, ça commence Borja Jiménez pour les doublons, le taureau chargeant avec grande classe. Souffre d'un cerf-volant. Le Sévillan le serre en série sur la main droite très ronde, avec les reins enfoncés, dans la ligne courbe. Une superbe série la deuxième, avec le personnage debout. Cela met le public sur pied dans la troisième série. Muletazos bas, avec le taureau chargeant avec classe, avec le piton à l'intérieur, avec classe et longueur. Très dévoué et installé Borja Jiménez dans une grande série naturelle. Un excellent taureau et une tâche à la hauteur. Le tout très retentissant, avec une grande intensité. Un immense final avec des doublons d'en bas, qui mettent le public debout. Poussée. Une mort courageuse et solennelle. Inacceptable. L'un des plus gros braquages ​​de la foire. Une tâche de deux oreilles à la fois et un retour sur le ring pour le taureau.