Juan Antonio Hernández

Le Mexicain Isaac Fonseca Ce samedi il est revenu sur le ring Place Monumentale de Las Ventasle même endroit où il y a 6 jours il a été grièvement blessé par un taureau avec un fer à repasser Torrestrella. Il est surprenant de voir avec quelle rapidité les toreros récupèrent physiquement après avoir été encornés, c'est le cas du Mexicain, même si, selon ses propres mots, il est compliqué et urgent de guérir l'esprit ; C'est pourquoi il revient à cet Albero.

« Retraverser ce tunnel qui relie l'arène à l'infirmerie, à travers lequel il a été porté par l'équipage, au milieu des cris, de la douleur et de la précipitation, c'est comme dénouer un fil devenu boule. Me voici maintenant, sur mes deux pieds et je vois la porte de l'infirmerie et je dis Dieu, merci pour le miracle, me voici, vivant et prêt à réapparaître. Je veux que cette place m'attende et, le jour venu, trouve une Fonseca plus mûr et caillé ».

'La Puerta Grande est un objectif, un rêve, mais pas une obsession, puisqu’il s’agit en fin de compte d’un exercice d’émotions et non de chiffres. Quand Dieu le voudra, je serai de nouveau là. Aujourd'hui, je repars serein, l'esprit guéri, après avoir remis les pieds sur ce ring, ce qui m'a plus ému par les émotions que j'ai ressenties en combattant et en faisant le tour du ring avec l'oreille du premier, que par la mésaventure.

a conclu Isaac Fonseca, avant de passer du temps avec des dizaines d'enfants qui ont visité la salle Antonio Bienvenida pour être récompensés pour leur participation à l'atelier « Peignons des taureaux », organisé par Affaires taurines de la Communauté de Madrid.